Olivier de Magny



Sur le bord d’un beau fleuve Amour avait tendu
Un filet d’or tissu d’un excellent ouvrage,
Et là tout seul assis il semblait qu’au passage
Il eut quelque gibier longuement attendu.
 
J’étais franc et dispos, mais trop mal entendu,
Et mon cœur s’égayait, mal caut par le rivage,
Quand je le sentis prendre et réduire en servage,
Et tout soudain Amour l’emmener éperdu.
 
Cette belle clarté qui le soleil efface
Reluisait à l’entour, et la main qui surpasse
L’ivoire de blancheur, tenait ce rets ainsi.
 
Ainsi donc je fus pris, et rempli d’espérance,
De plaisir, de bonheur, et de persévérance :
En si belle prison je demande merci.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 avril 2018 à 12h08

Renard Vieillard
------------------

C’est vrai que le renard avait jadis tendu
Des pièges, que c’était son principal ouvrage ;
Et c’était pour tromper les oiseaux de passage,
Mais au bout d’un moment, ils s’y sont attendus.

Le goupil s’obstina pourtant, bien entendu ;
Car il voulait gruger le héron du rivage,
Mettre parfois, peur-être, une bête en servage,
Mais à de pareils jeux il a souvent perdu.

Or, ce vieillissement qui son talent efface
Fait que, dès à présent, les moineaux le surpassent,
Il ne leur en veut pas, il se dit «C’est ainsi».

Renard sur ses vieux jours a d’autres espérances,
D’autres raisons d’user de sa persévérance :
Il rêve de charmer la Dame sans Merci.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Fauvette le 19 avril 2018 à 18h55

„Was ist dein Schmerz, du armer Mann,
so bleich zu sein und so gering,
wo im verdorrten Schilf am See
kein Vogel singt?“

„Ich traf ein’ edle Frau am Rhein,
die war so so schön – ein feenhaft’ Bild,
ihr Haar war lang, ihr Gang war leicht,
und ihr Blick wild.“

Ich hob sie auf mein weißes Ross,
und was ich sah, das war nur sie,
die mir zur Seit’ sich lehnt’ und sang
ein Feenlied.

Sie führt’ mich in ihr Grottenhaus,
dort weinte sie und klagte sehr;
drum schloss ich ihr wild-wildes Auf’
mit Küssen vier.

Da hat sie mich in Schlaf gewiegt,
da träumte ich – die Nacht voll Leid! –,
und Schatten folgen mir seitdem
zu jeder Zeit.

Sah König bleich und Königskind
todbleiche Ritter, Mann an Mann;
die schrien: „La belle dame sans merci
hält dich in Bann!“

„Drum muss ich hier sein und allein
und wandeln bleich und so gering,
wo im verdorrten Schilf am See
kein Vogel singt.“

https://www.youtube.com/watch?v=9Y72YWbGYDI

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Io Kanaan le 19 avril 2018 à 22h38

Hommage au groupe Faun
----------------------

« Pauvre homme, quel est ton problème,
Que tu sois si fragile et blême
Auprès du lac, dans les roseaux,
Loin des oiseaux ? »

« Au bord du Rhin fut une Dame
Belle au point de ravir mon âme ;
Très longs cheveux et jolis pieds,
Oeil sans pitié !

Montant sur ma blanche cavale,
Quelle compagne sans rivale !
Serrée contre moi, et chantant
Et m’envoûtant.

Nous fûmes jusqu’à sa tanière,
Et comme elle eut tristes manières,
J’offris à son coeur embrasé
Quatre baisers.

Et puis j’ai dormi auprès d’elle,
Bercé par quelques ritournelles ;
Dès lors, je suis dans le tourment
À tout moment.

Le roi pâle et son enfant blême,
Les vaillants morts, pâles eux-mêmes,
Criant : "La dame sans merci,
Te charme ainsi !"

C’est pourquoi je dois ici même
Déambuler, fragile et blême,
Auprès du lac, dans les roseaux,
Loin des oiseaux. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Io Kanaan le 19 avril 2018 à 23h23

Hommage au groupe Faun
----------------------

Cinquième couplet, deuxième vers :

Bercé par des ombres cruelles

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par John Keats le 19 avril 2018 à 23h53

Voir aussi

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Belle_Dame_sans_Merci?match=en

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par John Keats le 20 avril 2018 à 09h00

Hommage au groupe Faun
----------------------


Texte original en allemand :

drum schloss ich ihr wild-wildes Aug’

(quatrième couplet, troisième vers).

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz