Charles Malaye

(1890-1954)

 

 

Charles Malaye

Le Miroir des amazones, 1919


Reproches


 
Électeur, mon frère électeur,
t’es vraiment pas à la z’hauteur !
T’as donc des œils pour ne pas voir
qu’les socialiss’ se fout’ de toi ?
Alor’s tu connais pus ton d’voir...
tu f’rais bien mieux d’rester chez toi,
auprès d’ta môme et d’tes mignards,
qu’d’aller calter dans l’isoloir
pour voter pour les pus gueulards...
 
— T’as donc pas d’cœur ! T’as donc pas d’cœur,
électeur, mon frère électeur !
 
I suffit qui t’promett’ la lune,
le paradis terrest’ su’ terre,
— (Pus d’ malheureux, pus d’ prolétaires :
on posséd’ra tous un’ fortune !)
qui t’ racont’ des tas d’ balivernes,
des vert’s et encor des pas mûres !
Ah ! j’ crois qu’ils attig’nt ta figure !
Les vessies sont pas des lanternes,
électeur, mon frère électeur !!!
 
Et pis, porquoi qu’ ta môm’ vot’ pas ?
Alle a donc pas d’âm’, comme y disent
les frocards et les gens d’église,
qui sont toujours au moyen-âge
et qui veul’ eurtarder l’Progrès,
la Liberté, l’Égalité,
même aussi la Fraternité !
Ta grognasse aussi d’vrait voter !
 
Merd’ ! t’as donc la frouss’ des gonzesses,
tu chial’s déjà d’vant les ménesses ;
t’as l’taf de les émanciper !
T’es pas un homme, ya pas, t’as peur,
électeur, mon frère électeur !
 
Électeur, mon frère électeur,
écout’ bien les mots que j’te chante
— Propositions
dans la langu’ d’ la conversation
courante —
Ma phrase est sur’ment pas savante
mais j’ veux qu’ tu m’entrav’ avant tout
et j’ te dis rien pour t’amuser,
mais j’ voudrais t’évangéliser.
 
Et c’ mot-là me rappelle un’ chose
que j’ m’en vais t’ servir, en ma prose :
Électeur, mon frère électeur,
si y s’ présentait devant toi
deux candidats :
 
D’un côté Mossieu Barabbas
(un affameur, un profiteur)
et d’ l’aut’ le Fils de l’Homm’, Jasus,
l’ philosoph’ qu’a été vendu
par les curés, au temps d’Hérode,
çui qui préférait les putains
et les roulur’s aux goss’ girondes,
çui qu’était bon pour le pauv’ monde
et qu’aimait pas les Philistins,
 
çui qui marchait sur l’Océan,
çui qui ressuscitait les morts,
çui qu’était fort comme un géant,
l’Raisonneur qu’avait jamais tort,
çui qui disait : « Mon règne arrive.
« Par une aiguille un dromadaire
« pass’rait putôt, qu’un prop’iétaire
« n’irait aux cieux ! », sentant l’lubin
qu’ c’était comme une encens divine !
Çui qui multipliait les pains,
qui tirait des sardin’s d’ sa poche,
encor, encor, encor, tout plein.....
 
Çui qu’aimait pas le bruit des cloches
ni les discours des prêtres noirs,
celui qu’était si bath à voir
qu’épatées, les populations
d’ Jérusalem jusqu’à Sion,
l’ jambonnait du matin au soir !
 
Jasus, çui qui voulait l’ bonheur
de l’Humanité tout entière,
çui qui disait, à sa manière,
de bien s’aimer les uns les aut’es,
de s’ pardonner, de jamais s’ tuer,
celui qui voulait pas de guerre,
et qui l’ jactait à sa façon :
un typ’ dans le genr’ de Wilson
mais pas dans le genr’ protestant,
 
çui qu’adorait les p’tits nenfants,
qui f’sait des miraqu’s si marants
qu’ ça débectait tous les savants :
Enfin un Sage, un Orateur,
eh bien, j’estim’, sans nul battage,
électeur, mon frère électeur,
que tu l’ foutrais en ballotage !!!
 
T’es vraiment pas à la z’hauteur
électeur, mon frère électeur :
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz