Charles Malaye

(1890-1954)

 

 

Charles Malaye

Le Miroir des amazones, 1919


Reproches


 
Électeur, mon frère électeur,
t’es vraiment pas à la z’hauteur !
T’as donc des œils pour ne pas voir
qu’les socialiss’ se fout’ de toi ?
Alor’s tu connais pus ton d’voir...
tu f’rais bien mieux d’rester chez toi,
auprès d’ta môme et d’tes mignards,
qu’d’aller calter dans l’isoloir
pour voter pour les pus gueulards...
 
— T’as donc pas d’cœur ! T’as donc pas d’cœur,
électeur, mon frère électeur !
 
I suffit qui t’promett’ la lune,
le paradis terrest’ su’ terre,
— (Pus d’ malheureux, pus d’ prolétaires :
on posséd’ra tous un’ fortune !)
qui t’ racont’ des tas d’ balivernes,
des vert’s et encor des pas mûres !
Ah ! j’ crois qu’ils attig’nt ta figure !
Les vessies sont pas des lanternes,
électeur, mon frère électeur !!!
 
Et pis, porquoi qu’ ta môm’ vot’ pas ?
Alle a donc pas d’âm’, comme y disent
les frocards et les gens d’église,
qui sont toujours au moyen-âge
et qui veul’ eurtarder l’Progrès,
la Liberté, l’Égalité,
même aussi la Fraternité !
Ta grognasse aussi d’vrait voter !
 
Merd’ ! t’as donc la frouss’ des gonzesses,
tu chial’s déjà d’vant les ménesses ;
t’as l’taf de les émanciper !
T’es pas un homme, ya pas, t’as peur,
électeur, mon frère électeur !
 
Électeur, mon frère électeur,
écout’ bien les mots que j’te chante
— Propositions
dans la langu’ d’ la conversation
courante —
Ma phrase est sur’ment pas savante
mais j’ veux qu’ tu m’entrav’ avant tout
et j’ te dis rien pour t’amuser,
mais j’ voudrais t’évangéliser.
 
Et c’ mot-là me rappelle un’ chose
que j’ m’en vais t’ servir, en ma prose :
Électeur, mon frère électeur,
si y s’ présentait devant toi
deux candidats :
 
D’un côté Mossieu Barabbas
(un affameur, un profiteur)
et d’ l’aut’ le Fils de l’Homm’, Jasus,
l’ philosoph’ qu’a été vendu
par les curés, au temps d’Hérode,
çui qui préférait les putains
et les roulur’s aux goss’ girondes,
çui qu’était bon pour le pauv’ monde
et qu’aimait pas les Philistins,
 
çui qui marchait sur l’Océan,
çui qui ressuscitait les morts,
çui qu’était fort comme un géant,
l’Raisonneur qu’avait jamais tort,
çui qui disait : « Mon règne arrive.
« Par une aiguille un dromadaire
« pass’rait putôt, qu’un prop’iétaire
« n’irait aux cieux ! », sentant l’lubin
qu’ c’était comme une encens divine !
Çui qui multipliait les pains,
qui tirait des sardin’s d’ sa poche,
encor, encor, encor, tout plein.....
 
Çui qu’aimait pas le bruit des cloches
ni les discours des prêtres noirs,
celui qu’était si bath à voir
qu’épatées, les populations
d’ Jérusalem jusqu’à Sion,
l’ jambonnait du matin au soir !
 
Jasus, çui qui voulait l’ bonheur
de l’Humanité tout entière,
çui qui disait, à sa manière,
de bien s’aimer les uns les aut’es,
de s’ pardonner, de jamais s’ tuer,
celui qui voulait pas de guerre,
et qui l’ jactait à sa façon :
un typ’ dans le genr’ de Wilson
mais pas dans le genr’ protestant,
 
çui qu’adorait les p’tits nenfants,
qui f’sait des miraqu’s si marants
qu’ ça débectait tous les savants :
Enfin un Sage, un Orateur,
eh bien, j’estim’, sans nul battage,
électeur, mon frère électeur,
que tu l’ foutrais en ballotage !!!
 
T’es vraiment pas à la z’hauteur
électeur, mon frère électeur :
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz