François Malherbe

in Le Cabinet satirique, 1618



Çà, çà pour le dessert troussez-moi votre cotte,
Vite, chemise et tout, qu’il n’y demeure rien
Qui me puisse empêcher de reconnaître bien
Du plus haut du nombril jusqu’au bas de la motte.
 
Voyez ce traquenard qui se pique sans botte,
Et me laissez à part tout ce grave maintien,
Suis-je pas votre cœur, êtes-vous pas le mien,
C’est bien avecque moi qu’il faut faire la sotte.
 
— Mon cœur, il est bien vrai, mais vous en prenez trop,
Remettez-vous au pas et quittez ce galop,
— Ma belle, laissez-moi, c’est à vous de vous taire.
 
— Ma foi vous vous gâtez en sortant du repas,
— Belle vous dites vrai, mais se pourrait-il faire
De voir un si beau c.. et ne le f..tre pas ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2012 à 12h11


Quiconque a des questions sur ces mots malherbiens,
J’y répondrai ici (cet auteur me plaît bien).

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esther le 22 novembre 2012 à 13h45

J’ai beaucoup de questions.  Que diraient ces mots en anglais?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2012 à 14h21

(interprétation approximative !)

Well, well, our meal is over, so please, undress quickly,
Off with your petticoat, everything whatever,
Do not prevent my eye from seeing all clearly,
Above belly button, and down under, to pussy.

Here’s to a little trap to  poke without a sword.
And please don’t look so serious, I am your sweetheart
And you are mine, so with me you should be nice and nasty.
   
My love, this may be true, but you are too eager,
You should step quietly, instead of galloping.

My darling, don’t object, all you must do is keep quiet.
   
  But it could be harmful, having just had your dinner.

  My darling, this is true, but can you imagine
  Me to see such a fanny and not to take a fuck ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esther le 22 novembre 2012 à 16h33

I thank you Cochonfucius. It’s a wonderful translation. Well this poem is very hot.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Julie le 21 février 2013 à 19h46

C’est quoi le vrai titre de ce poème ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 février 2013 à 10h25

Il n’en a pas.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Julie le 26 février 2013 à 12h21

Il faut que je fasse une analyse de ce poème pour mon anthologie en français et je bloque. Pouvez vous m’aidez ? HEEEEEELP!

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 février 2013 à 13h56

Quelques indications :

Cette oeuvre se présente comme une conversation familière entre un personnage masculin et un personnage féminin, vers la fin d’un repas.

Le personnage masculin, dans les deux quatrains du sonnet, développe deux demandes (qui seront d’ailleurs satisfaites): au premier quatrain, il demande le déshabillage du personnage féminin; au deuxième quatrain, il émet le souhait qu’il y ait entre eux des rapports intimes, ainsi que l’y autorisent les liens affectifs existants.

Aux deux premiers vers du premier tercet, le personnage féminin donne un conseil de modération, qu’au troisième vers le personnage masculin qualifie de non pertinent.

Le premier vers du second tercet est une tentative de justification de ce même conseil, invoquant un danger en rapport avec les fonctions digestives, qui devraient s’effectuer dans le calme. Le personnage masculin expose alors sa propre justification, faisant fi d’une telle contingence, et rappelant un principe universel, selon lequel le surgissement du désir est nécessairement suivi d’actes visant à le satisfaire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Julie le 2 mars 2013 à 21h45

merci beaucoup, ca me servira :)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе