François Malherbe



Ne délibérons plus, allons droit à la mort ;
La tristesse m’appelle à ce dernier effort,
          Et l’honneur m’y convie :
          Je n’ai que trop gémi.
Si parmi tant d’ennuis j’aime encore ma vie,
          Je suis mon ennemi.
 
Ô beaux yeux, beaux objets de gloire et de grandeur,
Vive source de flamme où j’ai pris une ardeur
          Qui toute autre surmonte !
          Puis-je souffrir assez
Pour expier le crime et réparer la honte
          De vous avoir laissés ?
 
Quelqu’un dira pour moi que je fais mon devoir,
Et que les volontés d’un absolu pouvoir
          Sont de justes contraintes :
          Mais à quelle autre loi
Doit un parfait amant des respects et des craintes
          Qu’à celle de sa foi ?
 
Quand le ciel offrirait à mes jeunes désirs
Les plus rares trésors et les plus grands plaisirs
          Dont sa richesse abonde,
          Que saurais-je espérer
À quoi votre présence, ô merveille du monde !
          Ne soit à préférer ?
 
On parle de l’enfer et des maux éternels
Baillés pour châtiment à ces grands criminels
          Dont les fables sont pleines :
          Mais ce qu’ils souffrent tous,
Le souffrè-je pas seul en la moindre des peines
          D’être éloigné de vous ?
 
J’ai beau par la raison exhorter mon amour
De vouloir réserver à l’aise du retour
          Quelques restes de larmes ;
          Misérable qu’il est !
Contenter sa douleur et lui donner des armes,
          C’est tout ce qui lui plaît.
 
Non, non ; laissons-nous vaincre après tant de combats ;
Allons épouvanter les ombres de là-bas
          De mon visage blême ;
          Et, sans nous consoler,
Mettons fin à des jours que la Parque elle-même
          A pitié de filer.
 
Je connais Charigène, et n’ose désirer
Qu’elle ait un sentiment qui la fasse pleurer
          Dessus ma sépulture ;
          Mais, cela m’arrivant,
Quelle serait ma gloire ! et pour quelle aventure
          Voudrais-je être vivant ?
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Riсhеpin : Ρаs frilеuх

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Ρаs frilеuх

Rоnsаrd : «Τе rеgаrdаnt аssisе аuprès dе tа соusinе...»

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dе l’аmаnt

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Hеrеdiа

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Jаdis sur Huit сhаnsоns rеvеrdiеs dоnt quаtrе plеurеnt еt quаtrе riеnt (Εlskаmp)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Jаdis sur Соrrеspоndаnсеs (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Ρlаintе (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μеrlе (Klingsоr)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе