Mallarmé

Poésies, 1899


Sonnet


 

(Pour votre chère morte, son ami.)

          2 novembre 1877


— « Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre
Tu te plains, ô captif solitaire du seuil,
Que ce sépulcre à deux qui fera notre orgueil
Hélas ! du manque seul des lourds bouquets s’encombre.

Sans écouter Minuit qui jeta son vain nombre,
Une veille t’exalte à ne pas fermer l’œil
Avant que dans les bras de l’ancien fauteuil
Le suprême tison n’ait éclairé mon Ombre.

Qui veut souvent avoir la Visite ne doit
Par trop de fleurs charger la pierre que mon doigt
Soulève avec l’ennui d’une force défunte.

Âme au si clair foyer tremblante de m’asseoir,
Pour revivre il suffit qu’à tes lèvres j’emprunte
Le souffle de mon nom murmuré tout un soir. »
 

Commentaire (s)
Déposé par Favreau le 17 mars 2014 à 14h47

pourriez vous faire un commentaire composé sur ce texte s’il vous plait ??? merci

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 novembre 2017 à 11h59

Bibliotaure
-------------

Taureau bibliophile, animal au coeur sombre,
Tu relis, ô penseur solitaire du seuil,
Le récit que te laisse un maître sans orgueil
Qui des terrestres biens nullement ne s’encombre.

Sans écouter Satan qui calcule un vain nombre,
L’Évangile t’exalte à ne pas fermer l’oeil,
Alors que le fermier somnole en son fauteuil ;
Un suprême tison vient éclairer ton ombre.

Qui veut vraiment aimer ce beau livre ne doit
Pas craindre que les gens ne le montrent du doigt,
Ni trop manquer d’espoir pour les âmes défuntes.

Auprès du clair foyer, nous te voyons t’asseoir,
Toujours dans ton bouquin, sauf si l’on te l’emprunte,
Le silence du Maître entendu tout un soir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 février 2019 à 12h23

Arbre ténébreux
------------

Ce bel arbre naquit dans une forêt sombre ;
D’un inframonde obscur on y franchit le seuil
Sur lequel maint guerrier a perdu son orgueil,
Qui plutôt vainement de ses armes s’encombre.

C’est un arbre parmi les végétaux sans nombre,
Il connaît le grand ours, il connaît l’écureuil,
Aux petits des corbeaux il fait un bon accueil,
Il est calme et serein, ce citoyen de l’ombre.

Le bûcheron le tranche, il exerce son droit,
Puis il boit du vin rouge en soufflant sur ses doigts,
Et nos meubles sont faits de ramures défuntes.

Auprès du clair foyer, nous aimons nous asseoir,
Le tabouret de bois ne porte nulle empreinte
De ceux qui ont vécu près du tronc, dans le noir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 février 2021 à 13h55

Lettres des antipodes
----------

Cet alphabet naquit dans une grotte sombre,
Seuls trois explorateurs en ont franchi le seuil ;
Ils furent envoyés par Jean de Roquefeuil
Dont l’antique logis de vestiges s’encombre.

C’est un code qui vaut pour les mots et les nombres,
Ses quelques déchiffreurs rencontrent des écueils ;
Car plus d’une lacune est dans leur grand recueil,
Des fragments de discours qui resteront dans l’ombre.

Ce texte du passé parle d’on ne sait quoi,
Je peux y déceler comme un humour narquois :
Peut-être évoque-t-il des coutumes éteintes.

Un vicomte en orna les murs de son manoir ;
Arrangé en façon de fresque en demi-teinte
Qui prend un bel éclat dans le soleil du soir.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Τаndis qu’à l’аrgilе аu flаnс vеrt...»

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Dе l’аmоur dеs trоis еnsеmblе (Gоhоrу)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, — m’éсrivаis-tu dе tеs bеаuх dоigts dе fеmmе...» (Évаnturеl)

De Jаdis sur Ιnсеrtitudе (Сhаdоurnе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur L’Οliviеr (Αgоult)

De Сосhоnfuсius sur «À l’hеurе quе Μаdаmе еn hоmmе sе déguisе...» (Gоdаrd)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе