Claude de Malleville



Ce miroir où chacun contemple sa figure
Fut en Chypre autrefois un Peintre si vanté
Que le bruit de son art jusqu’aux astres monté
Fit avecque raison étonner la nature.

Vénus dans ses vergers le trouvant d’aventure
Le voulut obliger à peindre sa beauté ;
Mais, étant de son fils indignement traité,
L’insolent refusa de faire sa peinture.

La Déesse qui vit ce jeune audacieux
Mépriser follement les flammes de ses yeux,
Changea par un dépit son corps en cette glace,

Et, donnant cet exemple à ses autres sujets,
Ordonna contre lui, pour punir son audace,
Qu’il représenterait toute sorte d’objets.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 5 janvier 2015 à 13h22

Sagesse des miroirs
------------------------

Le miroir déformant altère et transfigure
La face des vivants, réels ou inventés :
Mais tu ne dois par lui te laisser démonter,
Ce n’est qu’une amusette où se plaît la nature.

Le miroir déformant peut bien, par aventure,
Offrir à nos regards l’illusion de beauté ;
Le plus souvent, pourtent, on en est mal traité,
Car de nos traits il brosse une ignoble peinture.

Donnons-lui hardiment les plus nombreux sujets
Dont il fabriquera les plus plaisants objets ;
Même d’un monument se rira son audace.

On lui trouve pourtant un rival sous les cieux,
Qui souvent vient nous voir quand nous nous faisons vieux :
C’est notre ami Chronos ; oui, c’est le temps qui passe.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 janvier 2015 à 13h56

Retouche (deuxième quatrain, troisième vers) :

"pourtant"

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 janvier 2018 à 12h11

Fleur de chevalerie
----------------------

C’est une fleur magique à l’étrange figure ;
Elle connaît des sorts, réels ou inventés :
Même le vent d’hiver ne la peut démonter,
C’est un fier végétal, force de la nature.

L’abeille du jardin peut bien, par aventure,
Se laisser attirer par sa sombre beauté ;
Son zèle, cependant, sera bien mal traité,
Car sa belle couleur n’est que vaine peinture.

Cette fleur peut parler des plus obscurs sujets,
Elle peut évoquer de mystérieux objets ;
Même si le crapaud se rit de son audace.

On trouve rarement telle fleur sous les cieux,
Qui charme nos regards quand nous nous faisons vieux :
Fleur de chevalerie, la fleur du temps qui passe.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Phèdre le 28 janvier 2018 à 18h18

"Ils ne se verront plus. -
Ils s’aimeront toujours."
Racine

(1 sonnet en parataxe peut-être. . . )

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sеinе еt à sеs rivаgеs (Vеrmеil)

De Сосhоnfuсius sur «Ô misérаblе viе ! iсi-bаs аgitéе...» (Lа Rоquе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Rоssignоl mоn mignоn...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Vinсеnt sur «Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...» (Du Βеllау)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz