Claude de Malleville


Élégie


 
Philis, quitte pour moi cette humeur trop farouche,
Flatte mes passions, approche-moi ta bouche,
Et du plus doux baiser que l’amour puisse offrir,
Apaise le tourment que tu me fais souffrir.
Ah ! mon Dieu, je le sens et mon âme embrasée
Reçoit en ce baiser la céleste rosée !
Philis, cette liqueur que tu me fais goûter,
D’un charme non-pareil vient mon cœur enchanter.
C’est l’unique aliment des âmes bienheureuses,
Le remède fatal des flammes amoureuses,
Le nectar que Vénus donne à son favori
Et le lait dont Amour comme enfant est nourri.
Ô baiser, pour chanter les grâces que vous faites,
Il me faut un langage aussi doux que vous êtes.
Il faut que mon discours ait d’aussi vives fleurs
Que celles dont sa lèvre emprunte les couleurs,
Que le miel que sa bouche en la mienne distille,
Et que même son feu passe jusqu’à mon style.
Et certes le jasmin, les roses et l’encens
N’ont rien de comparable à l’odeur que je sens
Alors que le doux air qui sort de son haleine
Évente les ardeurs de ma cuisante peine.
Tout ce qu’ont les zéphirs de plus délicieux,
Tout ce que l’Arabie a de plus précieux
Et tout ce que l’Olympe en ses pompes suprêmes
Offre de plus exquis aux bouches des dieux mêmes,
Ce baiser me le donne, et ses charmes sont tels
Que je ne me tiens plus du nombre des mortels.
La liqueur que je goûte est le jus de cette herbe
Qui d’un simple pêcheur fit un dieu si superbe,
Et qui, le dépouillant de toute impureté,
Le combla des douceurs de l’immortalité.
Ô chef-d’œuvre du ciel ! ô sujet de ma joie !
En ce baiser humide où mon âme se noie,
Il semble que ta langue avecque ses appas
Demande sans parler si je ne t’aime pas.
Oui, je t’aime, Philis, et d’une amour si forte
Qu’à tout autre désir mon cœur ferme la porte.
C’est en tes seules mains que j’engage ma foi.
Je ne reconnais point de puissance que toi
Et ne veux consacrer mes travaux et mes veilles
Qu’à l’immortel honneur de tes rares merveilles.
Mais veux-tu rallumer par un second baiser
L’ardeur que le premier a tâché d’apaiser,
Et par mille soupirs qui ramènent ma flamme
Veux-tu faire un brasier au milieu de mon âme ?
Veux-tu me consumer dans tes embrasements
Et suspendre ma vie en des ravissements ?
Ô dieux, qu’en tes faveurs je t’éprouve cruelle !
Que ce remède est doux, mais qu’il est infidèle !
Que ta compassion a pour moi de rigueur
Et que ta douceur même est amère à mon cœur !
Philis, reprends pour moi cette humeur si farouche ;
Ne flatte point mes vœux, n’approche point ta bouche,
Et du plus doux baiser que l’amour puisse offrir,
N’irrite point le mal que tu me fais souffrir.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz