Louis Mandin


Sous le symbole de l’hirondelle


 
Petite rue,
Enfumée et vieille et perdue,
Et sans voitures, sans aurores, sans matins,
Car, entre tes murs noirs, l’ombre règne comme un destin ;
Toute petite rue,
Tronquée et mutilée, et qui dors inconnue
Au seuil du jeune et frémissant quartier latin,
Petite rue où je suis né,
Je souris en pensant que ton coin si fané,
Si reclus, si fermé,
Et qui te cache, ainsi qu’une captive mal vêtue,
Au bord bruyant de la fontaine Saint-Michel,
Ton nom, parmi les ténèbres accrues,
Porte du printemps et des ailes,
Car tu restes mon enfantine et vieille rue
De l’Hirondelle.
 
Et tu gardes pour moi l’enseigne disparue,
Tu berces sur mon cœur le symbole fidèle,
Si doux, si triste, des ténèbres et des ailes.
 
 

*


 
Tronquée et mutilée,
Ton premier numéro, c’est vingt. Pourquoi ? Comment ?
La moitié de ta vie est absente, comme envolée.
Tu n’as pas de commencement,
Et moi je n’eus pas de jeunesse.
Mais j’ai peut-être une éternelle enfance,
Qui vivra longuement avec moi dans la conscience
De quelque vierge en deuil, au fond très doux de sa tristesse.
 
Mon enfance ?
Une chose sinistre un peu,
Sur elle qui s’ouvrait, a plané depuis ma naissance,
Comme un grand oiseau noir sur un frêle oiseau bleu.
Mon enfance ne fut qu’un pâle et lent silence.
 
Les autres enfants dansent,
Se battent et gambadent,
Lancent des cris et des ruades,
Des culbutes et des roulades,
Des grimaces, des escapades...
 
Seul, je fus l’immobile et le monotone silence...
 
 

*


 
Faible et sans bruit, dans une humble chambre pensive,
Je me revois, rêvant tout le jour auprès de ma mère.
Sa tendresse un peu maladive
M’y tenait enfermé comme dans une serre.
 
Tous les maux qu’elle avait soufferts
Vivaient comme assoupis, et sous le calme, dans ses nerfs
Tourmentaient sourdement ses sensibles fibres trop vives.
Elle avait peur de tout pour moi, du vent, de l’air,
Et des gamins, et des chevaux et des passants.
Elle avait arrêté les mouvements du temps
Autour de moi... J’étais déjà le solitaire.
 
Je rêvais, pâle comme une fleur sous la terre.
 
 

*


 
Même dans ce mouvant Paris,
L’hirondelle revient chaque année à son nid.
Mais l’homme, moins heureux, quitte le sien, et c’est fini.
Moi j’habitais, lorsque j’étais un tout petit,
Cette autre antique rue aux enseignes, la Saint-Denis,
Auprès d’un sphinx apothicaire, auprès du bruit
Illuminé du boulevard Sébastopol,
Et quand j’y vais rôder, la fontaine des Innocents
Me rend encor mes yeux enfants.
Puis, ce fut un quartier lointain, au bruit plus mol,
Le coin d’un autre boulevard,
D’où je voyais en bas les boutiquiers bavards,
Et dans les airs encor les hirondelles,
Et le dôme doré de Napoléon dans les cieux,
Et les clartés tremblant dans le soir sombre et lumineux,
Et le miracle vague, enchanté, qui ruisselle
De tout ce que l’enfant pensif a sous les yeux.
Je ne sortais jamais. Tout seul à ma fenêtre
Je regardais passer ces images de l’Être.
Et de cette monotonie
Naquirent en secret, mystérieux comme la vie,
L’âme et le cœur profond de la poésie infinie.
Oui, mon âme et mon cœur, vibrants et souterrains,
Dans ce silence d’une enfance et d’un destin,
Comme une aurore où luit tout le rêve encor, s’éveillèrent...
 

Janvier 1912.

in Anthologie poétique du XXe siècle, 1923

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Régniеr : Οdеlеttе : «J’аi gаrdé се mirоir оù vоus vоus êtеs vuе...»

Hugо : Lа Сhаnsоn dе Jеаn Ρrоuvаirе

Τаilhаdе : Ruе dе lа Сlеf

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Rimbаud : Lе Dоrmеur du vаl

Rimbаud : «L’Étоilе а plеuré rоsе...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αutrаn : Εllе еt lui

Hugо : Lа Légеndе dе lа Νоnnе

Τоulеt : «Νоn, се tахi, quеllе сhаrrеttе....»

Régniеr : Εn fоrêt

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Сеppèdе : «Αprès qu’il еut аuх siеns rеdit сеttе lеçоn...»

Сrоs : Jоurs d’éprеuvе

Rоnsаrd : «Μаriе, bаisеz-mоi ; nоn, nе mе bаisеz pаs...»

Νоuvеаu : Lе Livrе

Régniеr : Lеs Livrеs

Βruаnt : Сhаnsоn dеs miсhеtоns

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αltаrосhе : Ρétitiоn d’un vоlеur à un rоi sоn vоisin

Ρеrgаud : Rеnаissаnсе

Μауnаrd : «Quаnd dоis-је quittеr lеs rосhеrs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Εхpériеnсе (Régniеr)

De Сосhоnfuсius sur «Μаriе, bаisеz-mоi ; nоn, nе mе bаisеz pаs...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dеs pеurеuх оisеlеts lа trоupе gаzоuillаrdе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Αprès qu’il еut аuх siеns rеdit сеttе lеçоn...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur Ρауsаgе gris (Rоllinаt)

De Jаdis sur Αuх mоdеrnеs (Lесоntе dе Lislе)

De Μасrоn démissiоn sur Sоnnеt : «Μаîtrеssе, d’аprès tоi је vеuх fаirе un pаstеl...» (Соrаn)

De Сurаrе- sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Μоdérаtеur sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе (Sаint-Αmаnt)

De Сhristiаn sur Сlаir dе lunе (Αpоllinаirе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz