Filippo Tommaso Marinetti

Destruction


Contre l’espoir de rebâtir


                           
pour Gabriele d’Annunzio.


Ô grande Mer rebelle et véhémente !...
Grande Mer Vengeresse,
ô Mer de caoutchouc noirâtre,
bondis, bondis d’un élan élastique,
par-dessus les nuages, jusqu’au Zénith !...
... Et puis, tombe et retombe fougueusement,
comme une balle énorme de caoutchouc pesant !...
Défonce les rivages, les ports, et les docks accroupis
comme des buffles sous leurs cornes virantes de fumée !...
 
Écrase les cités et leurs couloirs de catacombe,
écrase encore sans cesse le peuple des goitreux
et des abstèmes, fauche d’un coup
des moissons rabougries de pliantes échines !
Défonce les bedaines milliardaires
ainsi que des tambours en y sonnant la charge !...
Grande Mer Vengeresse, lance donc, lance donc
nos crânes explosifs dans les jambes des Rois !
N’est-ce pas là votre jeu de quilles préféré
Rôdeurs et Maraudeurs ?... Hurrah ! Hurrah !.....
 
Ô Mer, délivre-toi de la palpitation
immonde des voiles membraneuses
enchevêtrées en ailes de vampire,
et qui couvent, parmi les bastingages,
des ballots scintillants comme d’énormes œufs d’or !...
 
En un grand jeu de flux et de reflux, force et dévaste
les grands ports d’ébène tout étranglés de roches,
dont le goulet souffle une rouge haleine,
sous des Fumées géantes et droites, couronnées d’astres,
qui les piétinent superbement de leurs pas de fantômes !...
 
Et ces rades d’Afrique que trois canons cloués
en batterie, au bout d’un brise-lames,
voudraient défendre encore, accroupis aux aguets,
comme les dogues foudroyés d’une case maudite !...
 
Les criques solitaires que les pirogues maraudeuses,
emmantelées de brume, visitent, à pas sournois,
avec des flammes louches rampant sur l’eau d’acier !...
 
Et tes ports renfrognés comme l’antre d’un sorcier
donnant sous l’œil verdâtre et rond d’un phare
qui veille à la nuit pleine comme un chat au sabbat !...
Golfes, rades et ports et leurs chantiers voraces,
et leurs môles tendus tels des longs bras de ladre,
brandisseurs de tenailles vers la fragilité
des îles qui tressaillent au loin !...
..... Assaille-les, ô Mer, au crépuscule, cabrant tes houles !...
Enlace-les avec les tentacules formidables
de tes vagues d’émeraude élastique !..
 
Embouche les buccins de tes rafales,
jette l’épouvante au cœur des villes ténébreuses,
et gifle du revers écumant de tes lames
le gros mufle rugueux des brunes citadelles
ocellées de lanternes qui sanguinolent dans l’eau noire,
sous les cheveux raidis des baïonnettes au clair...
..... au clair de lune !...
 
Dégonde à tour de bras et déracine
les murailles d’airain que tu auras fascées
de tes tresses géantes au triple nœud gordien
mordu de pierreries !...
 
Disloque les promontoires en tronçonnant d’un geste
les tours souveraines des phares !...
Dans le creuset des golfes aux parois de sables,
pile donc avec joie, sous tes pilons infatigables,
les cuirassées étincelantes,
battant neuf au soleil comme des uniformes !...
Entame à belles dents, mâche et remâche
leur rouge carapace de homard colossal,
leurs éperons, leurs mâts, et leurs hublots myopes,
leurs antennes fourchues et pavoisées de rouge
comme une pince où se balance un peu de viande !
 
Puis, entasse fougueusement et roule mille fois
ces pans de voiles, ces quartiers de navires
et ces carcasses de voiliers
en pelotes monstrueuses !...
Soutire-les aux profondeurs de tes abîmes ;
puis déclenchant comme un ressort
tes muscles tout-puissants,
projette au ciel ces masses incandescentes,
en guise de bolide,
dans le remous des forces sidérales !...
 
— « Quand tout sera détruit ?...
 
— « Quand tout sera détruit. Oh ! plus ne nous donnons la peine
de rebâtir les fabuleux échafaudages
d’un Grand Monde idéal,
sur les ruines de l’Ancien !...
Quoi que nous rêvions, nous n’enfantons que Haine.
La main de l’homme ne sait construire
que des cachots, et forger que des chaînes !...
 
Assis au bout des promontoires surnageants
qui lentement s’éboulent,
grande Mer Vengeresse, nous attendrons la Mort,
sinistres et apaisés
et la bouche collée sur ta bouche formidable
à broyer des rochers sans effort !...
La Mort, la Mort présidera à ce baiser funèbre !...
 
Regardez ! Regardez ! Rôdeurs et Maraudeurs,
Éternels chemineaux aux pieds sanguinolents,
mes frères bien-aimés, ô derniers survivants,
déjà la Mort enfonce son ongle d’or crochu
sur l’arc de l’horizon noirâtre...
comme un croissant de lune aux bonaces d’été !...
Regardez ! Entendez ! Rôdeurs et Maraudeurs,
Les voiles sur la mer... les nuages au couchant...
bombent déjà leurs joues de séraphins,
soufflant dans leurs buccins des fanfares guerrières.
 
              Voix Lointaines
 
Holà hé !... Holà hoo !... Détruisons !... Détruisons !...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Jаdis sur «Εllе еst un pеu pédаntе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Jаdis sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе