François Mauriac

L’Adieu à l’adolescence, 1911


Les beaux soirs alanguis...


 
Les beaux soirs alanguis de rose et de tilleul,
Les beaux soirs d’autrefois qui m’ont vu pleurer seul,
Les soirs amers et que dépeuplait votre absence,
Vont nous envelopper dans le même silence,
Nous prosterner devant les plaines infinies,
Et refléter leur ciel dans nos âmes unies...
 
Sur la terrasse où frissonnent les capillaires,
Le vent viendra mourir dans votre robe claire.
Lui qui sécha mes pleurs d’écolier solitaire...
 
Les doux géants blessés qui sur mes jeux d’enfant,
Balançaient, en pleurant à l’infini, leurs cimes,
Les grands pins se diront : « c’est l’enfant que nous vîmes
Un jour, lire en secret les livres qu’on défend...
Ah ! Que la nuit de mai était douce à sa bouche... »
Témoins des jours en feu et bourdonnants de mouches,
Ils revoient cet enfant orgueilleux de souffrir
Dans les herbages parfumés où il se couche,
Et qui ne savait pas que vous deviez venir...
 
Quand le tocsin sonnait, de village en village
Le vent nous apportait l’odeur des pins brûlés...
— Cris de terreur, chevaux hâtivement sellés — 
Mais lui restait l’enfant indifférent et sage.
Rien ne l’intéressait, que l’ardente lecture
Et les vers de Musset qui le faisaient pleurer...
Le soir s’alanguissait — paisible et désiré — 
Et les hommes disaient : « la lutte a été dure
Nous avons allumé, deux fois, le contre-feu... »
 
L’enfant cherchait au ciel les premières planètes.
Les appels et les voix s’éteignaient peu à peu...
Les cloches résonnaient pour une grande fête.
Mais plus douces — après le tocsin haletant...
Parfois un résinier le saluait : « le temps
Est plus frais... il a plu dans quelque endroit sans doute... — 
Écoutez, n’est-ce pas l’orage que j’entends ?
— Non, c’est une charrette au lointain de la route... »
 
Du sable, un parfum chaud montait à son visage.
Alors l’enfant songeait : « c’est en moi qu’est l’orage... »
Et découvrait soudain l’orgueil de trop souffrir.
 
Mais il ne savait pas que vous deviez venir...
 
 

©  

Commentaire (s)
Déposé par Gianni le 19 octobre 2014 à 16h09

Ce n’est pas le chef-d’oeuvre de Mauriac ! A part le tiercet refrain, c’est d’un cucu achevé... je sais, ce poème je l’ai appliqué à 17 ans, l’âge con et amoureux !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе