François Maynard


Ode


                Alcippe, reviens dans nos bois.
                Tu n’as que trop suivi les rois,
Et l’infidèle espoir dont tu fais ton idole.
        Quelque bonheur qui seconde tes vœux,
Ils n’arrêteront pas le temps qui toujours vole
Et qui d’un triste blanc va peindre tes cheveux.
 
                La Cour méprise ton encens.
                Ton rival monte, et tu descends,
Et dans le cabinet le favori te joue.
        Que t’a servi de fléchir le genou
Devant un Dieu fragile et fait d’un peu de boue,
Qui souffre et qui vieillit pour mourir comme nous ?
 
                Romps tes fers, bien qu’ils soient dorés.
                Fuis les injustes adorés,
Et descends dans toi-même à l’exemple du sage.
        Tu vois de près ta dernière saison :
Tout le monde connaît ton nom et ton visage
Et tu n’es pas connu de ta propre raison.
 
                Ne forme que des saints désirs,
                Et te sépare des plaisirs
Dont la molle douceur te fait aimer la vie.
        Il faut quitter le séjour des mortels,
Il faut quitter Philis, Amarante et Sylvie,
À qui ta folle amour élève des autels.
 
                Il faut quitter l’ameublement
                Qui nous cache pompeusement,
Sous de la toile d’or, le plâtre de ta chambre.
        Il faut quitter ces jardins toujours verts,
Que l’haleine des fleurs parfume de son ambre,
Et qui font des printemps au milieu des hivers.
 
                C’est en vain que loin des hasards
                Où courent les enfants de Mars,
Nous laissons reposer nos mains et nos courages ;
        Et c’est en vain que la fureur des eaux
Et l’insolent Borée, artisan des naufrages,
Font à l’abri du port retirer nos vaisseaux.
 
                Nous avons beau nous ménager
                Et beau prévenir le danger,
La mort n’est pas un mal que le prudent évite ;
        Il n’est raison, adresse, ni conseil
Qui nous puisse exempter d’aller où le Cocyte
Arrose des pays inconnus au soleil.
 
                Le cours de nos ans est borné,
                Et quand notre heure aura sonné,
Clothon ne voudra plus grossir notre fusée.
        C’est une loi, non pas un châtiment,
Que la nécessité qui nous est imposée
De servir de pâture aux vers du monument.
 
                Résouds-toi d’aller chez les morts ;
                Ni la race ni les trésors
Ne sauraient t’empêcher d’en augmenter le nombre,
        Le potentat le plus grand de nos jours
Ne sera rien qu’un nom, ne sera rien qu’une ombre,
Avant qu’un demi-siècle ait achevé son cours.
 
                On n’est guère loin du matin
                Qui doit terminer le destin
Des superbes tyrans du Danube et du Tage.
        Ils font les Dieux dans le monde chrétien :
Mais ils n’auront sur toi que le triste avantage
D’infecter un tombeau plus riche que le tien.
 
                Et comment pourrions-nous durer ?
                Le Temps, qui doit tout dévorer,
Sur le fer et la pierre exerce son empire ;
        Il abattra ces fermes bâtiments
Qui n’offrent à nos yeux que marbre et que porphyre,
Et qui jusqu’aux Enfers portent leurs fondements.
 
                On cherche en vain les belles tours
                Où Pâris cacha ses amours,
Et d’où ce fainéant vit tant de funérailles.
        Rome n’a rien de son antique orgueil,
Et le vide enfermé de ses vieilles murailles
N’est qu’un affreux objet et qu’un vaste cercueil.
 
                Mais tu dois avecque mépris
                Regarder ces petits débris :
Le Temps amènera la fin de toutes choses ;
        Et ce beau ciel, ce lambris azuré,
Ce théâtre où l’Aurore épanche tant de roses,
Sera brûlé des feux dont il est éclairé.
 
                Le grand astre qui l’embellit
                Fera sa tombe de son lit :
L’air ne formera plus ni grêles, ni tonnerres :
        Et l’univers, qui dans son large tour
Voit courir tant de mers et fleurir tant de terres,
Sans savoir où tomber, tombera quelque jour.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gérаldу : Duаlismе

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρаuvrе gаrçоn (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur «Gеntil Quimpеr, lе nid dе mоn еnfаnсе...» (Jасоb)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De СΟUGΑRΕ- sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе