François Maynard


Épitaphe


L’homme qui gît en ce lieu,
Fut un buveur sans exemple,
Qui ne crut jamais qu’au dieu
Dont la taverne est le temple.
 
Un batelier ignorant,
Le fît choir dans le courant
De la prochaine rivière :
 
L’heure de sa triste fin,
Voyageur, fut la première
Qui mit de l’eau dans son vin.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 7 juin 2013 à 16h36


J’ai bu du vin, écrit et médité. Je dors.
Un soir j’ai basculé dans la suprême ivresse.
Nul ne m’a soupçonné d’avoir trop de sagesse,
J’en avais juste assez pour accueillir la mort.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 février 2019 à 14h21

Ambidragon presque sobre
----------

L’ambidragon se fait vieux
Qui son long passé contemple ;
Il perçoit de mieux en mieux
L’univers aux rythmes amples.

Il occupe un plaisant lieu,
S’efforçant d’être un exemple
Pour les jeunes sous les cieux ;
Mais la taverne est son temple.

Il rit comme un ignorant,
Avec l’âge, c’est courant,
Dès que blanchit la crinière ;

La journée tire à sa fin,
Douce comme la première
Rencontre avec du bon vin.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par L’ânge le 8 février 2019 à 17h58

L’âne et l’âge vont ensemble ;
L’âne et l’âge se ressemblent ;
L’âne et l’âge n’ont pas d’amble...

L’âne et l’âge z’ont pas amples ;
L’âne et l’âge se contemplent
Et se resamplent ;
L’âne et l’âge sont l’exemple.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par La-Musérante le 8 février 2019 à 23h02

Devant, c’était le mensonge intelligible et derrière, l’incompréhensible vérité.
L’insoutenable légèreté de l’être (1984)

L’insoutenable légèreté de son être

Comment se réfugier quand la vie est ailleurs
Dans le livre du rire et de l’oubli la thèse
Les risibles Amours ? __ La plaisanterie lèse
La valse aux Adieux métaphore d’ailleurs

Il faut de la Lenteur pour l’exil prieur
Marcher dans le brouillard et entre parenthèse
La phrase de Schlegel la préface synthèse
Taisez-vous . . J’entends venir un ange crieur

La dérision et la pitié d’un monde insane
Où la peur est partout - L’identité persane
De se sentir trop loin de l’immortalité

De l’impossible amour la muse s’en remettre
L’insoutenable légèreté de son être
Fallait-il s’enfermer dans la perpétuité _____

On écrit toujours pour quelqu’un - Chant XIV

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе