Louis Ménard

Rêveries d’un païen mystique, 1876


Le Rishi



Dans la sphère du nombre et de la différence,
Enchaînés à la vie, il faut que nous montions,
Par l’échelle sans fin des transmigrations,
Tous les degrés de l’être et de l’intelligence.
 
Grâce, ô vie infinie, assez d’illusions !
Depuis l’éternité ce rêve recommence.
Quand donc viendra la paix, la mort sans renaissance ?
N’est-il pas bientôt temps que nous nous reposions ?
 
Le silence, l’oubli, le néant qui délivre,
Voilà ce qu’il me faut ; je voudrais m’affranchir
Du mouvement, du lieu, du temps, du devenir ;
 
Je suis las, rien ne vaut la fatigue de vivre,
Et pas un paradis n’a de bonheur pareil,
Nuit calme, nuit bénie, à ton divin sommeil.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 novembre 2016 à 17h40

Visages multiples
-----------------------

Visages assemblés, chargés d’indifférence,
Sont-ils une dizaine, ou sont-ils des millions ?
Ni dans la soumission, ni dans la rébellion,
Sereine et méditante est leur intelligence.

Ils choisissent leurs mots sans qu’aucun Pygmalion
Ne leur ait exposé le sens des convenances ;
Ils reposent, conscients de leur impermanence,
Sans dicter de message au moindre tabellion.

Le silence constant les grise et les délivre ;
Au passé, au présent, au lointain avenir
Cette absence de voix peut, certes, convenir.

À leur coeur épargnant la fatigue de vivre,
Ils habitent ces lieux, tous calmes, tous pareils,
Et notre éveil, pour eux, n’est qu’un pauvre sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 décembre 2019 à 12h00

Planète Ransomandra
------------------

Cette planète semble un lieu d’indifférence,
Même si les vivants s’y comptent par millions ;
Ces gens qui n’ont jamais connu la rébellion,
N’ont qu’un modeste emploi de leur intelligence.

Aucun ne voudrait être un autre Pygmalion,
Car cela froisserait leur sens des convenances ;
Mais ils sont fort à l’aise avec l’impermanence,
Sans la rivalité, ni la loi du talion.

Nous craignons le trépas dont rien ne nous délivre ;
Ceux-là n’escomptent rien de leur propre avenir,
Inframonde ou néant, tout peut leur convenir.

Leur planète, pourtant, est agréable à vivre,
On peut y admirer des couchers de soleil
Ou rêver de la Terre au cours d’un long sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2020 à 12h20

Planète Huxleyandra
------------

Les habitants d’ici sont plein d’extravagance,
Les plus nobles d’entre eux se prennent pour des lions;
Le pouvoir met un terme à chaque rébellion,
Surtout celles des gens de moindre intelligence.

Si parfois l’un d’entre eux se prend pour Pygmalion,
Un mentor le rappelle au sens des convenances ;
Ils trouvent dans le vin des flots d’impermanence
Et la muse parfois leur sert de tabellion.

Quelquefois, l’un d’entre eux du monde se délivre,
Ayant cessé d’avoir des projets d’avenir,
Acceptant sans broncher de se faire bannir.

Leur façon d’exister, c’est tout un art de vivre,
Ils regardent de haut la lune et le soleil
Et n’ouvrent un bouquin que quand ils ont sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2020 à 12h26

Planète Huxleyandra === avec retouche
------------

Les habitants d’ici sont pleins d’extravagance,
Les plus nobles d’entre eux se prennent pour des lions;
Le pouvoir met un terme à chaque rébellion,
Surtout celles des gens de moindre intelligence.

Si parfois l’un d’entre eux se prend pour Pygmalion,
Un mentor le rappelle au sens des convenances ;
Ils trouvent dans le vin des flots d’impermanence
Et la muse parfois leur sert de tabellion.

Quelquefois, l’un d’entre eux du monde se délivre,
Ayant cessé d’avoir des projets d’avenir,
Acceptant sans broncher de se faire bannir.

Leur façon d’exister, c’est tout un art de vivre,
Ils regardent de haut la lune et le soleil
Et n’ouvrent un bouquin que quand ils ont sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 décembre 2020 à 14h01

Sphère improbable
------------

Ce vieux griffon possède une sphère qui pense,
Et qui ne parle point, sauf à des taverniers ;
Il la porte avec lui dans un petit panier,
Profitant rarement de son intelligence.

Dans l’hivernale bise ou dans l’air printanier,
Il est accompagné de cette transcendance ;
Il lui fait admirer les fleurs d’impermanence,
Mais elle croit revoir celles de l’an dernier.

La sphère peut mourir, mais elle peut revivre,
Elle qui ne fait point de projets d’avenir
Et qui des jours anciens n’aime rien retenir.

Le tavernier me dit qu’elle n’est jamais ivre,
Mais que parfois son âme a des reflets vermeils,
Et que l’odeur du vin la tire du sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 18 octobre 2021 à 14h13


Le Rachat
--------------

On me dit que je suis comptable des souffrances
Et des gémissements de la foule en question ;
Que, criminel enfant d’une indigne nation,
J’affiche sans pudeur ma coupable indulgence.
 
Que de         niaiserie et que de confusion !
Pourquoi tant de rancune, et tant de véhémence ?
Je ne fais pas partie de ceux-là qui encensent
Ou vendent leur belle âme à la télévision.
 
Je n’ai tué personne ailleurs que dans mes livres.
Je préfère me taire, et lire, et réfléchir :
Dois-je me flageller, dois-je m’auto-punir ?
 
Vous voulez que les morts m’interdisent de vivre ?
Vous avez fait bien pis, oui vous, et vos pareils :
Vous ne troublerez pas mon paisible sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : À Viаndеn

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Éсhо dе lа саvеrnе

Vеrhаеrеn : Lе Vеnt

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Vеrlаinе : «Lе sоlеil du mаtin dоuсеmеnt сhаuffе еt dоrе...»

Hugо : «Τоus lеs bаs âgеs sоnt épаrs...»

Саrсо : Ρlаintе

Μоréаs : «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...»

Viviеn : Сhаir dеs сhоsеs

☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Lаfоrguе : Lеs Αmоurеuх

Rоnsаrd : «Dеdаns lеs flоts d’Αmоur је n’аi pоint dе suppоrt...»

Νоаillеs : Lа Сité nаtаlе

Sаintе-Βеuvе : «Dаns l’îlе Sаint-Lоuis, lе lоng d’un quаi désеrt...»

Соppéе : Lа Fаmillе du mеnuisiеr

Riсhеpin : Dаb

Klingsоr : Lе Ρоmmiеr tоrdu

Соppéе : Ρériоdе élесtоrаlе

Οrléаns : «Ρlus pеnsеr quе dirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus qui аuх bоis, аuх flеuvеs, аuх саmpаignеs...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Lе rоу s’еn еst аllé...» (Sсаrrоn)

De Jаdis sur «Lа plus bеllе dеs trоis sеrа...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Jаdis sur Lа Rоnсе еt lе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Villаnеllе du vеr dе tеrrе (Rоllinаt)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе