Oscar V. de L. Milosz

Les Sept Solitudes, 1906


À Ænobarbus


 
 

I


 
À Néron Claude César, salut. — Un barbare
A fait une chanson pour toi : daigne l’entendre.
Tu fus jadis toi-même un joueur de cithare
Applaudi pour ses chants héroïques et tendres.
 
Dois-je te faire rire ou te faire pleurer ?
Toujours un rire vain succède aux larmes vaines.
Pour commencer, comme Terpnus je frapperai
Par trois fois l’or flétri de la lyre romaine.
 
N’entends-tu pas, du fond de ta torpeur farouche,
Attentive au petit bruit du sang dans ton cœur,
Le battement du cœur d’Amour frapper ma bouche
Les syllabes tomber, avec des sons de pleurs ?

« Joyeuse ou triste, hélas, notre âme meurt trahie. »
— Reconnais-tu le rire et le sanglot des cordes,
César adolescent qui fuyais les discordes
Et qui faisais rêver les filles d’Achaïe ?
 
Ou, Jupiter d’or fauve au seuil du Capitole
Entends-tu, vers ton socle incendié de fleurs,
Monter, comme vers le soleil la voix des folles,
Les hymnes des mignons et des gladiateurs ?
 
Lève-toi, drapons-nous dans les pourpres latines !
On acclame les chars et gaspille les vins,
Et les sables amers qui brûlent les narines
Aveuglent l’horizon des calendes de juin.
 
Le plus cruel destin est plus beau que la mer !
Si tu pleures ou ris sur le sépulcre vide
De ton cœur ; si les doigts des froides Euménides
Du dégoût ont blessé la harpe de tes nerfs,
 
Si l’offense te laisse une trace éternelle
Comme le souvenir du meurtre dans l’acier ;
Si, sur les hauts sommets, le goût des pleurs se mêle
Dans le creux de tes mains au sanglot du glacier,
 
Lève-toi, l’air est jeune et l’eau brille de brises
Et les chants de jadis soupirent dans l’écho.
Ceins-toi d’amour ardent pour ceux que tu méprises ;
Le monde est tien, comment peut-il n’être pas beau ?
 
 
 

II


 
Ton rire impérial sonne parmi les thrènes
De la Mort attentive aux gestes de ta main ;
Les panthères, lapant la pourpre des arènes
Brillent sinistrement dans le soleil romain !
 
Le cortège pompeux des époques tuées,
Des Autrefois sans honte et sans étonnement
Avec ses chars traînés par les prostituées
Dans la nuit de mon cœur défile gravement.
 
Drapons notre néant dans le mépris des rêves ;
Nous avons trop souvent sangloté vers l’azur.
L’universel silence et le pardon du glaive,
La vie est le moment d’une ombre sur un mur.

— Réveille-toi, Ænobarbus, réveille-toi !
Comment peux-tu te croire dieu, toi dont la vie
Épuisa dans l’horreur d’une seule agonie
Tout son trésor d’amour, de douleur et d’effroi ?
 
 
 

III


 
Mais le premier accord s’est rompu dans un rire,
Un rire grave au fond de l’abîme des temps
Où le nom de César et le nom de l’Empire
Sont des feuillets de cendre emportés par le vent.

Sans trop t’aimer, sans trop te mépriser, je foule
Les traces de tes pas sur le chemin des jours.
Toujours le même amour qui sanglote et roucoule,
Et les mêmes adieux et les mêmes retours ;
 
Toujours les mêmes chants, toujours le même rêve.
Inlassable, il consacre à la même beauté
Le chef-d’œuvre nouveau, strophe imparfaite et brève
Au poème sans fin de la vie ajoutée.
 
Le besoin de scruter l’horizon des Demains,
Les longs jours sans pensée en face de la mer ;
Le Présent dont déjà nous sommes orphelins,
Les souvenirs saisis par les glaces d’Hier.
 
Le désir de pleurer et le besoin de battre,
Les ongles du supplice aux mains de la pitié,
Le cœur de l’histrion devenu son théâtre,
La moitié du serpent cherchant l’autre moitié.
 
Le flux et le reflux des flancs et de la gorge,
L’insupportable pouls qu’on voudrait arrêter,
Et dans son propre cœur le bruit des mille forges
Du remords, de la peur et de la cruauté !
 
La douceur qui détruit, la douleur qui répare
L’équilibre du mal que l’on ne peut saisir,
Le combat du cœur triste et de la chair barbare,
L’inassouvissement penché sur le désir !
 
Au croisement de nos vieilles routes lassées,
Comme jadis, l’Ennui, le berger maigre et noir
Rassemble ses troupeaux de sinistres pensées
Et les chasse en sifflant vers son rouge abreuvoir.
 
 
 

IV


 
Mais le temple est désert ; les flambeaux sont éteints ;
L’écho n’a plus de voix pour les strophes antiques.
Une atmosphère hostile étouffe les cantiques
Et la mer elle-même est veuve des lointains.
 
Tout est triste et petit et le chétif poète
N’ose plus demander aux faux Césars drapés
Dans les plis chrétiens des toges de la paix
Le sang qui rajeunit les pourpres de la fête.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Riсtus : Quаtrаins à lа glоirе du Vin Μаriаni

Μithоuаrd : Jеаn dе lа Lunе

Τеlliеr : Ρrièrе à lа Μоrt

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Dеlаruе-Μаrdrus : Αnnоnсiаtiоn

Ρеrgаud : Révеil

Ρеrgаud : Rеnаissаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Соppéе : «Vоus êtеs dаns lе vrаi, саnоtiеrs, саliсоts !...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «J’аi tаnt véсu, сhétif, еn mа lаnguеur...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе