Oscar V. de L. Milosz

Les Sept Solitudes, 1906


Ballade


 
Les poules folles de la sorcière et le crapaud
              — Sous le saule pleureur
Si fier des vertes perles en poison de sa peau,
              Ma sœur, n’entends-tu pas le son du cor ? —
 
Et les hideux amours masqués des léproseries,
Et la toux rouge en cailloux des tribades maigries ;
 
Et les vautours galeux aux yeux toujours effrayés,
Immobiles en face de la Baie des Noyés.
 
Et la cloche dont le vieux gosier est plein de pluie,
Et l’affreux son des heures depuis longtemps enfuies ;
 
Et la croix où les corbeaux se suspendent en grappes,
Et le monastère borgne aux perverses agapes ;
 
Et les ravins les plus perfides et les plus sombres,
Et l’odeur de jadis qui dort mal sous les décombres ;
 
Et le rire muet des amitiés suicidées,
Et le silence fou des peupliers de l’allée
 
Aimaient le chevalier maigre en toile d’araignée,
Et quand il passait, hommes et femmes se signaient.
 
Quiconque rencontrait son regard vide de puits,
Sentait en son cœur sonner un étrange minuit.
 
Comme un vol vers Elseneur de cormorans d’automne
Étaient les chansons de sa flûte, rauques et jaunes.
 
Le soleil de miel des ruines, les lézards des murs
S’entretenaient avec lui de Ginèvre et d’Arthur.
 
Il portait un rat aux yeux rouges dans son bissac,
Ce raton était l’âme de Lancelot du Lac.
 
Son rêve avait des manoirs déserts l’odeur moisie ;
Les longs pendus le saluaient non sans courtoisie.
 
Les grandes chevilles aux fourrures hérissées
Dévoraient quelque part la Dame de ses Pensées.
 
Son écuyer en brume avait beaucoup de science
Et la mort de maint moine gras sur la conscience.
 
Son cheval d’eau de pluie avait une oreille brune.
Je l’ai fort souvent entendu hennir à la lune.
 
Comme des couleuvres dormantes étaient ses veines ;
D’aucuns le croyaient pair du royaume de Poullayne.
 
Quand il traversait la forêt vieille, humide et bleue
Les champignons de mort ôtaient leurs bonnets de feu.
 
Les filles le guettaient, le soir, près des puits moussus.
Le pays était plein de petits bâtards bossus.
 
Bruissant était l’or de l’armure en feuilles jaunies
De ce roi maudit des pays de Monotonie.
 
La devise de son blason était : Aimerai-je ?
Son cœur était le sommeil d’un serpent sous la neige.
 
Cependant après la treizième coupe de vin
              — Sous le saule pleureur,
Son hier épousait joyeusement son demain.
Dis-moi, ma sœur, n’entends-tu pas le son du cor ? —
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе