Oscar V. de L. Milosz

Les Sept Solitudes, 1906


Ballade


 
Les poules folles de la sorcière et le crapaud
              — Sous le saule pleureur
Si fier des vertes perles en poison de sa peau,
              Ma sœur, n’entends-tu pas le son du cor ? —
 
Et les hideux amours masqués des léproseries,
Et la toux rouge en cailloux des tribades maigries ;
 
Et les vautours galeux aux yeux toujours effrayés,
Immobiles en face de la Baie des Noyés.
 
Et la cloche dont le vieux gosier est plein de pluie,
Et l’affreux son des heures depuis longtemps enfuies ;
 
Et la croix où les corbeaux se suspendent en grappes,
Et le monastère borgne aux perverses agapes ;
 
Et les ravins les plus perfides et les plus sombres,
Et l’odeur de jadis qui dort mal sous les décombres ;
 
Et le rire muet des amitiés suicidées,
Et le silence fou des peupliers de l’allée
 
Aimaient le chevalier maigre en toile d’araignée,
Et quand il passait, hommes et femmes se signaient.
 
Quiconque rencontrait son regard vide de puits,
Sentait en son cœur sonner un étrange minuit.
 
Comme un vol vers Elseneur de cormorans d’automne
Étaient les chansons de sa flûte, rauques et jaunes.
 
Le soleil de miel des ruines, les lézards des murs
S’entretenaient avec lui de Ginèvre et d’Arthur.
 
Il portait un rat aux yeux rouges dans son bissac,
Ce raton était l’âme de Lancelot du Lac.
 
Son rêve avait des manoirs déserts l’odeur moisie ;
Les longs pendus le saluaient non sans courtoisie.
 
Les grandes chevilles aux fourrures hérissées
Dévoraient quelque part la Dame de ses Pensées.
 
Son écuyer en brume avait beaucoup de science
Et la mort de maint moine gras sur la conscience.
 
Son cheval d’eau de pluie avait une oreille brune.
Je l’ai fort souvent entendu hennir à la lune.
 
Comme des couleuvres dormantes étaient ses veines ;
D’aucuns le croyaient pair du royaume de Poullayne.
 
Quand il traversait la forêt vieille, humide et bleue
Les champignons de mort ôtaient leurs bonnets de feu.
 
Les filles le guettaient, le soir, près des puits moussus.
Le pays était plein de petits bâtards bossus.
 
Bruissant était l’or de l’armure en feuilles jaunies
De ce roi maudit des pays de Monotonie.
 
La devise de son blason était : Aimerai-je ?
Son cœur était le sommeil d’un serpent sous la neige.
 
Cependant après la treizième coupe de vin
              — Sous le saule pleureur,
Son hier épousait joyeusement son demain.
Dis-moi, ma sœur, n’entends-tu pas le son du cor ? —
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Lоndrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Lе Саrdоnnеl : Villе mоrtе

Riсhеpin : Ρаs frilеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur «Οui, је suis prоprеmеnt à tоn nоm immоrtеl...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur «Ν’аllеz pаs dеvаnt сеs vеrs-сi...» (Lаfоrguе)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρоur lа glоirе dе Μаllаrmé (Rоdеnbасh)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе