Oscar V. de L. Milosz

Les Sept Solitudes, 1906


Le Poème des demains


 
Mon cœur, le bruit des faux qu’on aiguise est pareil
Au battement d’essor des ailes du bonheur.
Que ton chant soit la prière des moissonneurs
Perdus là-bas, dans le redoutable soleil.
 
Que ton chant soit beau de l’immortelle beauté
De toutes les douleurs et de toutes les forces.
Qu’il soit le sanglot des sèves sous les écorces,
Le rêve bleu des mers amoureuses d’été.
 
Que ton chant soit le somnambule des nuits claires,
Vagabond du sentier profond où l’on entend
Les sons de cloche de la lune sur les pierres
Et les accords des hautes tiges dans le vent.
 
Que ton chant soit l’écho de la foule sauvage.
Je l’aime avec effroi, comme on aime la mer.
Déjà l’aube promise éclaire les visages,
Un juin d’amour se mire aux boucliers de fer.
 
Que ton chant soit le bruit d’une époque qui croule.
Car les morts ont cessé d’opprimer les vivants.
L’évangile solaire illumine les foules ;
Des signes ont paru sur le front des enfants.
 
Qu’avons-nous vu, mon cœur ? Nous avons vu la guerre,
Le battement de l’oriflamme dans les vents,
L’éclat de la sueur dans un ciel de poussière,
La floraison des deuils dans le rouge printemps.
 
À gauche la tristesse, à droite le remords ;
À l’horizon le vol des grands vents de famine.
Les couronnes sans croix que l’enfer illumine
Et du sang sur le pain, et de l’or sur de l’or,
 
La luxure et le crime embusqués sous les ponts,
Triste cœur ! tout cela qui ne devrait pas être,
La maigreur des enfants qu’attirent les fenêtres
D’où l’on voit chanceler les pères vagabonds,

Les joues froides des orphelins, leurs vastes cœurs
Cherchant l’écho d’un cœur sous le crêpe des veuves,
Les cadavres trahis qui lavent dans le fleuve
La rougeur de la honte et le fard du bonheur.

Et quand il reviendra, mon cœur, tu lui diras :
« Ils auront de la boue et du repos, demain,
Dans l’hiver de la mort ; pourquoi donc n’ont-ils pas
Un coin de terre ici, pour y semer leur pain ?

Ils auront tous, demain, leur maison du silence
Où l’oubli fermera les yeux purs du remords.
Pourquoi, pour quel plaisir ou pour quelle vengeance
Refuser aux vivants ce que l’on donne aux morts ? »

Alors il tirera des gouffres du sommeil
Les riches tout bruissants de larves desséchées ;
Dans le cuivre tordu des clairons du réveil
Il crachera le nom des sept mille péchés.

Il clouera l’hypocrite à sa fausse pitié,
Le corps de l’adultère à la chair de l’épouse.
Le cri de son courroux déchirera les douze
Trompettes de minuit du jugement dernier.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе