Oscar V. de L. Milosz


Le Poème des demains


 
Mon cœur, le bruit des faux qu’on aiguise est pareil
Au battement d’essor des ailes du bonheur.
Que ton chant soit la prière des moissonneurs
Perdus là-bas, dans le redoutable soleil.
 
Que ton chant soit beau de l’immortelle beauté
De toutes les douleurs et de toutes les forces.
Qu’il soit le sanglot des sèves sous les écorces,
Le rêve bleu des mers amoureuses d’été.
 
Que ton chant soit le somnambule des nuits claires,
Vagabond du sentier profond où l’on entend
Les sons de cloche de la lune sur les pierres
Et les accords des hautes tiges dans le vent.
 
Que ton chant soit l’écho de la foule sauvage.
Je l’aime avec effroi, comme on aime la mer.
Déjà l’aube promise éclaire les visages,
Un juin d’amour se mire aux boucliers de fer.
 
Que ton chant soit le bruit d’une époque qui croule.
Car les morts ont cessé d’opprimer les vivants.
L’évangile solaire illumine les foules ;
Des signes ont paru sur le front des enfants.
 
Qu’avons-nous vu, mon cœur ? Nous avons vu la guerre,
Le battement de l’oriflamme dans les vents,
L’éclat de la sueur dans un ciel de poussière,
La floraison des deuils dans le rouge printemps.
 
À gauche la tristesse, à droite le remords ;
À l’horizon le vol des grands vents de famine.
Les couronnes sans croix que l’enfer illumine
Et du sang sur le pain, et de l’or sur de l’or,
 
La luxure et le crime embusqués sous les ponts,
Triste cœur ! tout cela qui ne devrait pas être,
La maigreur des enfants qu’attirent les fenêtres
D’où l’on voit chanceler les pères vagabonds,

Les joues froides des orphelins, leurs vastes cœurs
Cherchant l’écho d’un cœur sous le crêpe des veuves,
Les cadavres trahis qui lavent dans le fleuve
La rougeur de la honte et le fard du bonheur.

Et quand il reviendra, mon cœur, tu lui diras :
« Ils auront de la boue et du repos, demain,
Dans l’hiver de la mort ; pourquoi donc n’ont-ils pas
Un coin de terre ici, pour y semer leur pain ?

Ils auront tous, demain, leur maison du silence
Où l’oubli fermera les yeux purs du remords.
Pourquoi, pour quel plaisir ou pour quelle vengeance
Refuser aux vivants ce que l’on donne aux morts ? »

Alors il tirera des gouffres du sommeil
Les riches tout bruissants de larves desséchées ;
Dans le cuivre tordu des clairons du réveil
Il crachera le nom des sept mille péchés.

Il clouera l’hypocrite à sa fausse pitié,
Le corps de l’adultère à la chair de l’épouse.
Le cri de son courroux déchirera les douze
Trompettes de minuit du jugement dernier.
 

Les Sept Solitudes, 1906

Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

Hugо : Сlаirе

Сrоs : Ρlаintе

☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Αpоllinаirе : Сœur соurоnnе еt mirоir

Βаudеlаirе : Ρеrtе d’аuréоlе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εхtаsе (Αubigné)

De Сhristiаn sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur «J’аimаis аutrеfоis lа fоrmе pаïеnnе...» (Gаutiеr)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Αrаmis sur Dimаnсhе sоir (Rаmuz)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Αrаmis sur Βаllаdе dеs grоs dindоns (Rоstаnd)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе