Jean Molinet


Épitaphe de Simon Marmion, Peintre


 
Je suis Simon Marmion vif et mort,
Mort par nature et vif entre les hommes ;
Après le vif, moi vif, peindis la mort,
Qui durement m’a point et qui s’amort
À mordre tous, comme nous qui morts sommes.
Quand j’ai les morts, dormants les pesants sommes,
Ressuscité par vif art de peinture,
Aux vivants suis de le mort portraiture.
 
Du maître peintre, à qui devons hommage,
Tellement fus peint et enluminé
Qu’il me créa à sa divine image ;
Autres, voyant mon trait et mon limage,
Ont après moi leur œuvre patronné ;
Quand j’ai tout peint et tout imaginé,
La mort terrible a brouillé mes couleurs :
Au réveiller sont les grefves douleurs.
 
Ciel, soleil, feu, air, mer, terre visible,
Métaux, bestiaux, herbis, habits bruns, pers,
Bois, blés, champs, prés et toute rien peingnible,
Par art fébrile ai atteint le possible,
Autant ou plus que nul de plus experts,
Tant vivement que nul bruit je n’y perds,
Car j’ai portrait tel mort gisant sous lame
Qu’il semble vif et ne reste que l’âme.
 
Les œils ont pris douce réfection,
En mes exploits tant propres et exquis
Qu’ils ont donné grande admiration,
Riant objet et consolation
Aux empereurs, rois, comtes et marquis ;
Ai décoré, par art et sens acquis,
Livres, tableaux, chapelles et autels,
Tels que pour lors n’étaient guères de tels.
 
Peintres mortels, qui prenez patronages
Sur mes couleurs vertes, noires et blanches,
Quand vous avez portrait vos personnages,
Après les miens, dont grands sont les sonnages,
Octroyez-nous vos douces bienveillances ;
Priez aux saints, dont ai fait les semblances,
Que l’éternel peintre pardon nous fasse,
Si que là-sus je tire après sa face.
 
Le jour et l’an de la nativité
Notre Seigneur, mille avec quatre cents
Quatre vingt neuf, lors fort débilité,
La fière mort, par son habileté,
Me dépouilla âme, cœur, force et sens.
Vous qui voyez ces images présents,
Priez Saint Luc, dont voici la chapelle,
Que Dieu là-sus en sa gloire m’appelle.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Squеlеttе (Vеrlаinе)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz