Robert de Montesquiou

Les Chauves-Souris, 1892



 

Tacitae per amica silentia Lunae.
Virgile.


Cinq Lunes autrefois se partageaient les cieux ;*
Des charmes descendaient de leurs faces pâlies,
Et ceux qui les osaient regarder dans les yeux
                Étaient pris de folies.
 
Taaroa se mit donc à les conjurer ;
Lors, dans l’Immensité, leurs disques s’agitèrent,
Et d’une voix lointaine, et plaintive, à pleurer,
                Les cinq Lunes chantèrent.
 
Elles chantèrent quoi ? — La légende le tait.
Le Dieu Taaroa fut-il juste ou perfide
En éteignant aux cieux ce groupe qui chantait
                Son quintette livide ?
 
Elles chantèrent très longtemps, tantôt mourant,
Et tantôt se faisant plus fortes, plus profondes ;
Leur voix et leur clarté dans l’abîme courant
                Semblaient nouer des rondes.
 
Puis ce fut tout ; bientôt, sous l’appel qui leur nuit,
Les Lunes à la fin sont prises de vertige,
Et l’on voit chavirer, par le lac de la nuit,
                Cinq nénuphars sans tige ;
 
Cinq nénuphars de feu dont les blancs unissons
Sur le grand Océan, sont devenus cinq îles,
Avec, autour, les flots seuls rythmant leurs chansons
                Cruelles ou tranquilles.
 
Mais les fous d’aujourd’hui, tout comme ceux d’hier,
Qui vont, la nuit, songer sous les lueurs menteuses,
Rêvent de voir le Ciel muet s’irradier
                De cinq Lunes chanteuses !
 
 

*
*  *


 
Les cinq Lunes étaient cinq masques ironiques,
Soupapes de la nuit par où les dieux cyniques
Écoutaient sangloter les hommes ténébreux ;
Et les trous de lumière en une voûte sombre,
Par où le ciel filtrait sa splendeur dans notre ombre,
Étaient cinq trappes d’ombre, en un sol d’or, pour eux.
 
 

*
*  *


 
      Enchanteresses et chanteuses,
      Cinq Lunes, au ciel, autrefois
      Faisaient des grimaces menteuses
      Et laissaient descendre des voix.
 
      Ceux qui songeaient, tendant le rêve
      Aux danses du céleste rond,
      Savaient comme un rayon s’achève,
      En un langage, sous un front ;
 
      Ceux qui s’arrêtaient, offrant l’âme
      Aux échos du lumineux chœur,
      Sentaient une semblable flamme
      Tristement éclairer leur cœur.
 
      Or, désertant ville et village,
      Tous s’éprenaient du chant amer
      Comme on consulte un coquillage
      Qui garde le bruit de la mer.
 
      Et l’homme ouvrait de grands yeux sombres
      En écoutant le son de miel
      Lui distiller, du haut des Ombres,
      Les secrets sinistres du Ciel.
 
      Alors le dieu noir des Ténèbres
      Fit, de son trône menacé,
      Des incantations funèbres
      Au fond du firmament glacé.
 
      Mais les cinq Lunes révoltées,
      Prises pour l’homme de pitié,
      Sur ses souffrances insultées
      Cherchaient à l’instruire à moitié.
 
      Et les voix descendaient plus graves
      Du front des astres plus humains,
      Dont les effluves plus suaves
      Effleuraient ainsi que des mains.
 
      Pourtant, sous le geste du maître,
      Les hommes virent osciller
      Le quintette complice et traître
      Qui s’entêtait à révéler.
 
      Et les cinq planètes sans armes
      S’écroulèrent et, sans couleurs,
      S’écoulèrent, comme cinq larmes,
      S’effeuillèrent, comme cinq fleurs.
 
      Et la seule Lune pâlie
      Qui, sur nous, survit, sans vertu,
      A gardé la mélancolie
      De ce que les autres ont tu.
 
 

*
*  *


 
Les cinq Lunes chantaient ! Que chantaient les cinq Lunes ?
Le rayon de leur voix s’émiettait sur les dunes,
Et le son de leur feu s’infiltrait dans le cœur ;
Et les Êtres épris de mystère et de rêve,
S’en allaient, sous la nuit, goûter comment s’achève
Un écho de lumière en un reflet de chœur,
 
Et divaguer au clair d’un astre fait de flamme,
De parfum et de bruit, qui se verse dans l’âme
Par cette Trinité qui l’y multiplia ;
Musique ayant l’éclat et la douceur d’un orbe
En lequel la lumière a le son d’un théorbe
Et l’arôme embrasé d’un grand magnolia.
 
_________
* Loti.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz