Mathieu de Montreuil

Recueil de quelques pièces nouvelles et galantes


Ballade


 
Ces vieux Palais d’admirable structure,
Où tant se plut maint Empereur Romain,
Tombent enfin malgré l’Architecture,
Sous l’herbe gît leur édifice vain.
Les temps sur tout ont un droit souverain,
Mais il n’est rien d’une trempe assez dure,
Pour résister à leur cruelle injure,
      Comme le chantre de Martin.
 
Cent ans et plus le triste corbeau dure,
Trois fois autant vit le cerf et le daim,
Mais tôt ou tard finit leur aventure,
Quand ils seraient ou de fer, ou d’airain.
Il mourut bien le bon Mathusalem,
Énoch aussi, si l’on croit l’Écriture ;
Mais ces gens-là n’avaient pas l’encolure,
      Comme le chantre de Martin.
 
Il est grasset, d’agréable stature,
Le teint vermeil, le corsage hautain,
Vingt ans y a qu’il eut quelque teinture
De maladie, et puis il fut bien sain :
Il boit du bon, mais dès le fin matin,
Et n’est frocard en claustrale clôture,
Qui si bien fît humaine géniture,
      Comme le chantre de Martin.
 
Tandis S . . . . gémit, languit, murmure,
Pour succéder ayant brevet en main,
Longtemps y a qu’il apprit tablature,
Pour quelques jours chanter à son lutrin,
Mais du pauvret tel n’est pas le destin,
Il rime mieux, c’est une chose sure,
Mais il n’est pas si saine créature,
      Comme le chantre de Martin.
 
Fameux S . . . . c’est illusion pure,
D’attendre rien de ce chantre malin,
Onque le pervers ne verra sépulture,
Console-toi par quelque grand dessein ;
Fais en beau vers ouvrage plus qu’humain,
Par qui ton nom tous les siècles endure,
Œuvre qui soit d’immortelle nature,
      Comme le chantre de Martin.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz