Pierre Motin



 

             
À Mademoiselle Madeleine Mareschal


 
Ce masque, qui celait tantôt votre beauté,
Semble à l’obscurité de la nuit effroyable :
Elle cache au soleil sa clarté désirable,
Lui cache de vos yeux la divine clarté.
 
Ô masque, fallait-il que ton obscurité
Recelât de ses yeux la puissance admirable !
Je pensai voir reluire une aurore agréable
Aussitôt que sa main de son front l’eût ôté.
 
Son beau teint, composé d’un monceau de fleurettes,
Ses beaux yeux enchanteurs, hôtes des amourettes,
Me firent aussitôt oublier la rigueur
 
Et l’orgueilleux dédain d’une fille volage
Qui ne porte jamais de masque à son visage,
Mais, toujours inconstante, elle en porte à son cœur.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 janvier 2014 à 10h59

Un pays imaginaire
--------------------------

J’ai rêvé que j’allais au Pays de Beauté.
Tout le monde était beau, c’en était effroyable ;
Tout en circulant dans ce monde peu croyable,
J’étais aveuglé par d’innombrables clartés.

La nuit ne faisait point, là-bas, l’obscurité ;
Mille feux provenaient de source admirables.
Même si, au début, c’était bien agréable,
L’esprit finissait par s’en trouver agité.

Mieux qu’un riche bouquet me plaît l’humble fleurette,
Mieux qu’un violent désir, la paisible amourette ;
Le sublime est, pour moi, trop empreint de rigueur.

Quand du rêve se fut dissipé le nuage,
Je souris de revoir d’ordinaires visages,
Me disant en moi-même : « Ils ont vraiment du coeur ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 mai 2017 à 16h26

Seigneur à forte ramure
---------------------

Que remarquer en lui, son étrange beauté,
Son regard inspiré, son humour effroyable ?
Tout cela fait de lui un monstre peu croyable,
Un fier démon porteur d’une sombre clarté.

Que ce soit au soleil ou dans l’obscurité,
Il s’active pour nous, ce seigneur admirable,
Même, il pense pour nous, ce qui est agréable,
Ce personnage actif, mais jamais agité.

Il ne perd pas son temps pour une humble fleurette,
Et pour lui ne sont point les folles amourettes ;
Il traite l’essentiel, ce maître de rigueur.

Il n’analyse pas la forme des nuages,
Il retient tous les noms, mais pas tous les visages,
Il sait neutraliser ce qui lui sert de coeur.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz