Melin de Saint-Gelais


Description d’Amour


 
Qu’est-ce qu’Amour ? est-ce une déité
Régnante en nous ? ou loi qui se contente
De nous sans force et sans nécessité ?
 
C’est un pouvoir, qui, par secrète sente,
Se joint au cœur, dissimulant sa force,
Et se fait maître avant que l’on le sente.
 
C’est un discord et général divorce,
D’entre les sens et le vrai jugement,
Laissant le fruit pour la feuille et l’écorce.
 
C’est un vouloir qui n’a consentement
Qu’à refuser ce qu’il voit qui l’asseure
De lui donner meilleur contentement.
 
C’est un désir qui, pour attendre une heure,
Perd beaucoup d’ans, et puis passe comme ombre,
Et rien de lui fors douleur ne demeure.
 
C’est un espoir qui pallie et adombre
Le mal passé, et l’estimation
De l’avenir, qui n’a mesure ou nombre.
 
C’est un travail d’imagination,
Qui, variant par crainte et espérance,
Oisive rend toute occupation.
 
C’est un plaisir qui meurt à sa naissance,
Un déplaisir, qui plus est en saison,
Quand de sa fin plus on a d’assurance.
 
C’est un portier, qui ouvre sa maison
Aux ennemis, et aux amis la ferme,
Faisant les sens gouverneurs de raison.
 
C’est un refus, qui assure et afferme ;
Un affermer, qui désassure et nie,
Rendant le cœur en inconstance ferme.
 
C’est un jeûner qui paît et rassasie,
Un dévorer qui ne fait qu’affamer,
Un être sain en fièvre et frénésie.
 
C’est un trompeur qui sous le nom d’aimer
Tient tout en guerre, et tout réconcilie,
Sachant guérir ensemble et entamer.
 
C’est un effort qui étreint et délie,
Une faiblesse, en puissance si grande
Que tout bas hausse et tout haut humilie.
 
C’est un sujet qui n’a qui lui commande,
Un maître auquel chacun va résistant,
Un nu à qui chacun ôte et demande.
 
C’est un voleur trop ferme et persistant,
Un obstiné, qui une même chose
Veut et déveut cent fois en un instant.
 
C’est une peine intérieure et close,
Qu’on veut celer, et que chacun entend,
Qu’on ne peut taire, et que dire l’on n’ose.
 
C’est un savoir inconnu et latent,
Et qui se peut trop mieux sentir que dire :
Par quoi je suis de m’en taire content,
Et pour penser abandonne l’écrire.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Jаdis sur Ρоur unе аnаtоmiе (Guillеt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе