Henry Murger

(1822-1861)

Un autrе pоèmе :

Αu lесtеur

 

 

Henry Murger


Les Baigneuses


 
À mes désirs voici l’heure prospère,
Oui, ce moment va combler tous mes vœux ;
Loin des regards, sans vêtements, ma chère,
Un même bain va nous voir toutes deux.
Fais comme moi, quitte aussi ta chemise
Et de ton sein enlève ce mouchoir.
Ne tremble pas ; crains-tu quelque surprise ?
Va, sois tranquille, aucun ne peut nous voir.
 
Tiens, comme moi te voici toute nue :
Grands dieux ! combien tu possèdes d’appas !
Combien aussi ta gorge s’est accrue !
Qu’ils sont jolis les contours de tes bras !
Ah ! tant d’attraits dans peu, je le parie,
De mille amants feront le désespoir :
Laisse-moi les contempler, je t’en prie...
Va, sois tranquille, aucun ne peut nous voir.
 
— Plaisantes-tu dans ce moment ? de grâce...
Tes compliments vont me faire rougir !
Si tu savais en moi ce qui se passe,
Ta vue aussi m’inspire maint désir ;
Si, de l’amour, par la douce magie,
D’être homme, ici, j’obtenais le pouvoir,
Qu’avec transport ta fleur serait ravie...
Va, sois tranquille, aucun ne peut nous voir.
 
— Ciel, que fais-tu ? — Sur tes lèvres de rose,
Laisse-moi donc cueillir un doux baiser.
— Je le veux bien, mais tu fais autre chose ;
Pourquoi ta main vient-elle m’agiter ?
De tes baisers je suis toute tremblante ;
Nouveaux désirs me viennent émouvoir...
Finis... ô Dieux ! prends pitié, chère amante...
Va, sois tranquille, aucun ne peut nous voir.
 
— Mais, de ma main quel doit être l’usage ?
— C’est pour calmer le feu que je ressens.
Jusqu’à ce jour, toi, modeste et si sage,
Tu connaissais ces baisers si enivrants ?
De ces couleurs sur ce lien que je touche,
Que le contraste est ravissant à voir !
— Ah ! que fais-tu ?... où se porte ta bouche ?...
Va, sois tranquille, aucun ne peut nous voir.
 
— Tiens, tu renais ; mais, par mainte caresse,
Tu veux encore expirer dans mes bras ;
Contre mon sein ta main droite se presse,
Et l’autre main me lutine plus bas.
— Oh ! que ton corps soit docile à ma flamme,
De ton amie apprends tout le savoir !
— Épargne moi ! quels baisers !... je me pâme...
Va, sois tranquille, aucun ne peut nous voir.
 
Mais maintenant, baignons-nous, douce amie ;
Livrons nos corps au cristal de ces eaux :
Plus qu’un baiser sur ta bouche jolie,
Nos sens émus ont besoin de repos ;
Après, chez toi, feignant quelque migraine,
Un même lit nous recevra ce soir ;
L’amour alors embellira la scène
Et sans témoins il fera son devoir !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Τе rеgаrdаnt аssisе аuprès dе tа соusinе...»

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dе l’аmаnt

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Jаdis sur Соrrеspоndаnсеs (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Ρlаintе (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μеrlе (Klingsоr)

De Jаdis sur Саügt (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz