Musset

Poésies nouvelles, 1850



 

Stances de M. Charles Nodier à M. Alfred de Musset


J’ai lu ta vive Odyssée
      Cadencée,
J’ai lu tes sonnets aussi,
      Dieu merci !
 
Pour toi seul l’aimable Muse,
      Qui t’amuse,
Réserve encor des chansons
      Aux doux sons.
 
Par le faux goût exilée
      Et voilée,
Elle va dans ton réduit
      Chaque nuit.
 
Là, penchée à ton oreille
      Qui s’éveille,
Elle te berce aux concerts
      Des beaux vers.
 
Elle sait les harmonies
      Des Génies,
Et les contes favoris
      Des péris ;
 
Les jeux, les danses légères
      Des bergères,
Et les récits gracieux.
      Des aïeux.
 
Puis, elle se trouve heureuse,
      L’amoureuse,
De prolonger son séjour
      Jusqu’au jour.
 
Quand, du haut d’un char d’opale,
      L’Aube pâle
Chasse les chœurs clandestins
      Des lutins,
 
Si l’Aurore malapprise
      L’a surprise,
Peureuse, elle part sans bruit
      Et s’enfuit,
 
En exhalant dans l’espace
      Qui s’efface
Le soupir mélodieux
      Des adieux.
 
Fuis, fuis le pays morose
      De la prose,
Ses journaux et ses romans
      Assommants.
 
Fuis l’altière période
      À la mode,
Et l’ennui des sots discours,
      Longs ou courts.
 
Fuis les grammes et les mètres
      De nos maîtres,
Jurés experts en argot
      Visigoth.
 
Fuis la loi des pédagogues
      Froids et rogues,
Qui soumettraient tes appas
      Au compas.
 
Mais reviens à la vesprée,
      Peu parée,
Bercer encor ton ami
      Endormi.
 

Juin 1843.


 
 

              Réponse à M. Charles Nodier


Connais-tu deux pestes femelles
      Et jumelles
Qu’un beau jour tira de l’enfer
      Lucifer ?
 
L’une au teint blême, au cœur de lièvre,
      C’est la Fièvre ;
L’autre est l’Insomnie aux grands yeux
      Ennuyeux.
 
Non pas cette fièvre amoureuse,
      Trop heureuse,
Qui sait chiffonner l’oreiller
      Sans bâiller ;
 
Non pas cette belle insomnie
      Du génie,
Où Trilby vient, prêt à chanter,
      T’écouter.
 
C’est la fièvre qui s’emmaillote
      Et grelotte
Sous un drap sale et trois coussins
      Très malsains.
 
L’autre, comme une huître qui bâille
      Dans l’écaille,
Rêve ou rumine, ou fait des vers
      De travers.
 
Voilà, depuis une semaine
      Toute pleine,
L’aimable et gai duo que j’ai
      Hébergé.
 
Que ce soit donc, si l’on m’accuse,
      Mon excuse,
Pour n’avoir rien ni répondu
      Ni pondu.
 
Ne me fais pas, je t’en conjure,
      Cette injure
De supposer que j’ai faibli
      Par oubli.
 
L’oubli, l’ennui, font, ce me semble,
      Route ensemble,
Traînant, deux à deux, leurs pas lents.
      Nonchalants.
 
Tout se ressent du mal qu’ils causent,
      Mais ils n’osent
Approcher de toi seulement
      Un moment.
 
Que ta voix si jeune et si vieille,
      Qui m’éveille,
Vient me délivrer à propos
      Du repos !
 
Ta muse, ami, toute française,
      Tout à l’aise,
Me rend la sœur de la santé,
      La gaieté.
 
Elle rappelle à ma pensée
      Délaissée
Les beaux jours et les courts instants,
      Du bontemps.
 
Lorsque, rassemblés sous ton aile
      Paternelle,
Échappés de nos pensions,
      Nous dansions ;
 
Gais comme l’oiseau sur la branche,
      Le dimanche,
Nous rendions parfois matinal
      L’Arsenal.
 
La tête coquette et fleurie
      De Marie
Brillait comme un bluet mêlé
      Dans le blé.
 
Tachés déjà par l’écritoire,
      Sur l’ivoire
Ses doigts légers allaient sautant
      Et chantant ;
 
Quelqu’un récitait quelque chose,
      Vers ou prose,
Puis nous courions recommencer
      À danser.
 
Chacun de nous, futur grand homme.
      Ou tout comme,
Apprenait plus vite à t’aimer
      Qu’à rimer.
 
Alors, dans la grande boutique
      Romantique,
Chacun avait, maître ou garçon,
      Sa chanson.
 
Nous allions, brisant les pupitres
      Et les vitres,
Et nous avions plume et grattoir
      Au comptoir.
 
Hugo portait déjà dans l’âme
      Notre-Dame,
Et commençait à s’occuper
      D’y grimper.
 
De Vigny chantait sur sa lyre
      Ce beau sire
Qui mourut sans mettre à l’envers
      Ses bas verts.
 
Antony battait avec Dante
      Un andante ;
Émile ébauchait vite et tôt
      Un presto.
 
Sainte-Beuve faisait dans l’ombre,
      Douce et sombre,
Pour un ceil noir, un blanc bonnet,
      Un sonnet.
 
Et moi, de cet honneur insigne
      Trop indigne,
Enfant par hasard adopté
      Et gâté,
 
Je brochais des ballades, l’une
      À la lune,
L’autre à deux yeux noirs et jaloux,
      Andaloux.
 
Cher temps, plein de mélancolie,
      De folie,
Dont il faut rendre à l’amitié
      La moitié !
 
Pourquoi sur ces flots où s’élance
      L’Espérance,
Ne voit-on que le Souvenir
      Revenir ?
 
Ami, toi qu’a piqué l’abeille,
      Ton cœur veille,
Et tu n’en saurais ni guérir
      Ni mourir ;
 
Mais comment fais-tu donc, vieux maître,
      Pour renaître ?
Car tes vers, en dépit du temps,
      Ont vingt ans.
 
Si jamais ta tête qui penche
      Devient blanche,
Ce sera comme l’amandier,
      Cher Nodier.
 
Ce qui le blanchit n’est pas l’âge,
      Ni l’orage ;
C’est la fraîche rosée en pleurs
      Dans les fleurs.
 

Août 1843.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Diаblе dаns lа nuit (Fоrt)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе