Musset

Poésies nouvelles, 1850


Conseils à une Parisienne


 
Oui, si j’étais femme, aimable et jolie,
        Je voudrais, Julie,
        Faire comme vous ;
Sans peur ni pitié, sans choix ni mystère,
        À toute la terre
        Faire les yeux doux.
 
Je voudrais n’avoir de soucis au monde
        Que ma taille ronde,
        Mes chiffons chéris,
Et de pied en cap être la poupée
        La mieux équipée
        De Rome à Paris.
 
Je voudrais garder pour toute science
        Cette insouciance
        Qui vous va si bien ;
Joindre, comme vous, à l’étourderie
        Cette rêverie
        Qui ne pense à rien.
 
Je voudrais pour moi qu’il fût toujours fête,
        Et tourner la tête,
        Aux plus orgueilleux ;
Être en même temps de glace et de flamme,
        La haine dans l’âme,
        L’amour dans les yeux.
 
Je détesterais, avant toute chose,
        Ces vieux teints de rose
        Qui font peur à voir.
Je rayonnerais, sous ma tresse brune,
        Comme un clair de lune
        En capuchon noir.
 
Car c’est si charmant et c’est si commode,
        Ce masque à la mode,
        Cet air de langueur !
Ah ! que la pâleur est d’un bel usage !
        Jamais le visage
        N’est trop loin du cœur.
 
Je voudrais encore avoir vos caprices,
        Vos soupirs novices,
        Vos regards savants.
Je voudrais enfin, tant mon cœur vous aime,
        Être en tout vous-même...
        Pour deux ou trois ans.
 
Il est un seul point, je vous le confesse,
        Où votre sagesse
        Me semble en défaut.
Vous n’osez pas être assez inhumaine.
        Votre orgueil vous gêne ;
        Pourtant il en faut.
 
Je ne voudrais pas, à la contredanse,
        Sans quelque prudence
        Livrer mon bras nu ;
Puis, au cotillon, laisser ma main blanche
        Traîner sur la manche
        Du premier venu.
 
Si mon fin corset, si souple et si juste,
        D’un bras trop robuste
        Se sentait serré,
J’aurais, je l’avoue, une peur mortelle
        Qu’un bout de dentelle
        N’en fût déchiré.
 
Chacun, en valsant, vient sur votre épaule
        Réciter son rôle
        D’amoureux transi ;
Ma beauté, du moins, sinon ma pensée,
        Serait offensée
        D’être aimée ainsi.
 
Je ne voudrais pas, si j’étais Julie,
        N’être que jolie
        Avec ma beauté.
Jusqu’au bout des doigts je serais duchesse.
        Comme ma richesse,
        J’aurais ma fierté.
 
Voyez-vous, ma chère, au siècle où nous sommes,
        La plupart des hommes
        Sont très inconstants.
Sur deux amoureux pleins d’un zèle extrême,
        La moitié vous aime
        Pour passer le temps.
 
Quand on est coquette, il faut être sage.
        L’oiseau de passage
        Qui vole à plein cœur
Ne dort pas en l’air comme une hirondelle,
        Et peut, d’un coup d’aile,
        Briser une fleur.
 

Décembre 1845.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе