Musset


Conseils à une Parisienne


 
Oui, si j’étais femme, aimable et jolie,
        Je voudrais, Julie,
        Faire comme vous ;
Sans peur ni pitié, sans choix ni mystère,
        À toute la terre
        Faire les yeux doux.
 
Je voudrais n’avoir de soucis au monde
        Que ma taille ronde,
        Mes chiffons chéris,
Et de pied en cap être la poupée
        La mieux équipée
        De Rome à Paris.
 
Je voudrais garder pour toute science
        Cette insouciance
        Qui vous va si bien ;
Joindre, comme vous, à l’étourderie
        Cette rêverie
        Qui ne pense à rien.
 
Je voudrais pour moi qu’il fût toujours fête,
        Et tourner la tête,
        Aux plus orgueilleux ;
Être en même temps de glace et de flamme,
        La haine dans l’âme,
        L’amour dans les yeux.
 
Je détesterais, avant toute chose,
        Ces vieux teints de rose
        Qui font peur à voir.
Je rayonnerais, sous ma tresse brune,
        Comme un clair de lune
        En capuchon noir.
 
Car c’est si charmant et c’est si commode,
        Ce masque à la mode,
        Cet air de langueur !
Ah ! que la pâleur est d’un bel usage !
        Jamais le visage
        N’est trop loin du cœur.
 
Je voudrais encore avoir vos caprices,
        Vos soupirs novices,
        Vos regards savants.
Je voudrais enfin, tant mon cœur vous aime,
        Être en tout vous-même...
        Pour deux ou trois ans.
 
Il est un seul point, je vous le confesse,
        Où votre sagesse
        Me semble en défaut.
Vous n’osez pas être assez inhumaine.
        Votre orgueil vous gêne ;
        Pourtant il en faut.
 
Je ne voudrais pas, à la contredanse,
        Sans quelque prudence
        Livrer mon bras nu ;
Puis, au cotillon, laisser ma main blanche
        Traîner sur la manche
        Du premier venu.
 
Si mon fin corset, si souple et si juste,
        D’un bras trop robuste
        Se sentait serré,
J’aurais, je l’avoue, une peur mortelle
        Qu’un bout de dentelle
        N’en fût déchiré.
 
Chacun, en valsant, vient sur votre épaule
        Réciter son rôle
        D’amoureux transi ;
Ma beauté, du moins, sinon ma pensée,
        Serait offensée
        D’être aimée ainsi.
 
Je ne voudrais pas, si j’étais Julie,
        N’être que jolie
        Avec ma beauté.
Jusqu’au bout des doigts je serais duchesse.
        Comme ma richesse,
        J’aurais ma fierté.
 
Voyez-vous, ma chère, au siècle où nous sommes,
        La plupart des hommes
        Sont très inconstants.
Sur deux amoureux pleins d’un zèle extrême,
        La moitié vous aime
        Pour passer le temps.
 
Quand on est coquette, il faut être sage.
        L’oiseau de passage
        Qui vole à plein cœur
Ne dort pas en l’air comme une hirondelle,
        Et peut, d’un coup d’aile,
        Briser une fleur.
 

Décembre 1845.

Poésies nouvelles, 1850

Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе