Musset

[Poésies posthumes]


Le Trois Mai 1814


 
 

I


 
Ce fut un triste jour. Les soldats de l’Europe
Comme des peupliers se penchaient sans rien dire.
Le bon roi regardait comme en ordre ils marchaient,
Tel un pâtre, héritier de la harpe d’un barde,
Et la voyant d’ivoire, et la pèse et la garde...
      Les pleurs dans leurs yeux se séchaient.
 
 
 

II


 
Oh ! la froide Russie aux éternelles neiges
C’était d’un autre pas que marchaient ses cortèges
Où l’homme au manteau gris leur servait de drapeau,
Et du grand horizon sortait sa large tête ;
Et tous ne demandaient, pour marcher à la fête,
      Qu’à voir le coin de son chapeau.
 
 
 

III


 
À ses âpres pensers leur vie était trempée ;
Son sceptre était de fer, mais c’était une épée !
La Seine est trop paisible à qui passa le Rhin.
Si du temple de gloire hérite Magdeleine,
Ainsi, les aigles noirs de la colonne reine
      Vont fermer leurs ailes demain.
 
 
 

IV


 
Oh ! c’est qu’à ce grand peuple il fallait sa grande âme,
C’est que, d’un dur caillou pour que sorte la flamme,
Il faut l’éperon d’or ou l’ongle du coursier.
Maintenant, dans leur cœur, tout est désert et vide :
C’est que tout grand vaisseau veut l’aquilon pour guide,
      Toute main ferme un gant d’acier.
 

1831.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Si tu nе sаis, Μоrеl, се quе је fаis iсi...»

Vеrlаinе : Ιdуllе high-lifе

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Ρоpеlin : Sоir d’été

Jоurdаn : Rеnсоntrе

Rоuquеttе : Unе tоmbе

Τеnаnt dе Lа Τоur : Un sоir d’аutоmnе

Vеrmеil : «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...»

Ρеrgаud : Lеs Hibоuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Sоuhаits (Gаutiеr)

De Αlехаndrе sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе