Musset

[Poésies posthumes]


Le Trois Mai 1814


 
 

I


 
Ce fut un triste jour. Les soldats de l’Europe
Comme des peupliers se penchaient sans rien dire.
Le bon roi regardait comme en ordre ils marchaient,
Tel un pâtre, héritier de la harpe d’un barde,
Et la voyant d’ivoire, et la pèse et la garde...
      Les pleurs dans leurs yeux se séchaient.
 
 
 

II


 
Oh ! la froide Russie aux éternelles neiges
C’était d’un autre pas que marchaient ses cortèges
Où l’homme au manteau gris leur servait de drapeau,
Et du grand horizon sortait sa large tête ;
Et tous ne demandaient, pour marcher à la fête,
      Qu’à voir le coin de son chapeau.
 
 
 

III


 
À ses âpres pensers leur vie était trempée ;
Son sceptre était de fer, mais c’était une épée !
La Seine est trop paisible à qui passa le Rhin.
Si du temple de gloire hérite Magdeleine,
Ainsi, les aigles noirs de la colonne reine
      Vont fermer leurs ailes demain.
 
 
 

IV


 
Oh ! c’est qu’à ce grand peuple il fallait sa grande âme,
C’est que, d’un dur caillou pour que sorte la flamme,
Il faut l’éperon d’or ou l’ongle du coursier.
Maintenant, dans leur cœur, tout est désert et vide :
C’est que tout grand vaisseau veut l’aquilon pour guide,
      Toute main ferme un gant d’acier.
 

1831.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Gаutiеr : Lеs Αссrосhе-сœurs

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе

Gilkin : Lа Саpitаlе

Ιwаn Gilkin

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt аfriсаin еt gаstrоnоmiquе

Βоukау : Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt

Fаvrе : «Μаgnifiquеs mоndаins...»

Sаmаin : «J’аimе l’аubе аuх piеds nus...»

Βruаnt : Соnаssе

☆ ☆ ☆ ☆

Соuté : Lе Сhаmp d’ nаviоts

Lа Сеppèdе : «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...»

Βruаnt : Соnаssе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Fоurеst : Unе viе

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Fоurеst : Ιphigéniе

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Fоurеst : Flеurs dеs mоrts

Νоuvеаu : À Μmе Νinа dе Villаrd

Cоmmеntaires récеnts

De Νаthаliе sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd Jоdеllе аrrivа sоufflаnt еnсоr sа pеinе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Diеuх (Vеrlаinе)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Βоnјоur tristеssе sur Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt (Βоukау)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Νаdiа sur Εnсоrе сеt аstrе (Lаfоrguе)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе