Musset

[Poésies posthumes]


Revue romantique


 
Heureux l’homme au cœur pur qui peut, lorsqu’il se couche,
S’endormir sans Janin, sans Pyat et sans Gozlan !
Qui contemple du port les phrases de Latouche
            Et les bons mots de Roqueplan !
 
Qui lit Charles Nodier sans comprendre une ligne,
Qui respecte Ballanche et qui ne l’ouvre pas,
Et qui ne pêche point une idée à la ligne,
Dans ce fleuve d’oubli qu’on nomme les Débats !
 
Qui ne se doute point du nom de Lacordaire!
Qui laisserait plutôt guillotiner Ampère
Que d’aller voir Bocage, exalté par Dumas,
Nasiller l’adultère en se tordant les bras !
 
Qui ne sait pas les goûts de M. de Custine,
Qui laisse George Sand au fond de sa cuisine,
Ascétiser son siècle une broche à la main !
Qui ne s’étonne pas lorsque Gustave Planche
Pour aller voir Gérard met sa chemise blanche,
Et qui voit sans pâlir Béquet cuver son vin.
 
Heureux l’homme innocent qui ripaille et qui fume
Lorsque Victor Hugo fait sonner dans la brume,
Les quatre pieds fourchus du cheval éreinté
Qui le porte en famille à l’immortalité !
 
Heureux qui de Musset n’a pas vu la coiffure
Et ses grands éperons qui n’éperonnent rien,
Bienheureuse surtout qui dans une onde pure
Ne l’a pas vu plonger son torse herculéen.
 
Heureux celui qui dort quand Prosper Mérimée
Un genou dans ses mains, absorbant sa fumée,
Mord, d’un air byronien, son cigare en papier
Et, du fond caverneux de son col de chemise,
Décoche en soupirant l’anecdote concise
Dont le trait satanique égaye le foyer !
 
Heureux qui, dans le vague, où Sénancour barbote
S’inquiète aussi peu du sens de ses écrits,
Que de ce qu’il pensait en ôtant sa culotte
            Sur l’herbe courte du Titlis !
 
Heureux qui n’a pas vu le pensif Sainte-Beuve,
Pour son cœur dévoyé cherchant une âme sœur,
Durant les soirs d’été répandre, comme un fleuve,
Ses mystiques sermons et sa molle sueur.
 
Heureux qui n’a pas vu Balzac le drôlatique
Lire, en bavant partout, la Femme de trente ans
Et, tout ébouriffé de sa verve lubrique,
De romans inconnus foirant une fabrique,
Cracher, au trait final, ses trois dernières dents !
 
Heureux qui n’a pas vu, le soir, dans la coulisse,
Errer sur Ies débris d’un proverbe tombé
Le pâle de Vigny, vieux cygne en pain d’épice,
Promenant son œil sombre et ses bons mots d’abbé !
 
Heureux l’homme robuste à la narine austère
Qui peut avec Buloz causer une heure entière,
Sans faire un haut le corps et se boucher le nez !
Celui-là peut sur lui voir tomber le tonnerre,
Et descendre sans peur dans les commodités !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе