Musset


Un rêve

Ballade


La corde nue et maigre,
Grelottant sous le froid
            Beffroi,
Criait d’une voix aigre
Qu’on oublie au couvent
            L’Avent.
 
Moines autour d’un cierge,
Le front sur le pavé
            Lavé,
Par décence, à la Vierge
Tenaient leurs gros péchés
            Cachés ;
 
Et moi, dans mon alcôve,
Je ne songeais à rien
            De bien ;
La lune ronde et chauve
M’observait avec soin
            De loin ;
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré,
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait.
 
— Ma marquise au pied leste !
Qui ses yeux noirs verra,
            Dira
Qu’un ange, ombre céleste,
Des chœurs de Jéhova
            S’en va !
 
Quand la harpe plaintive
Meurt en airs languissants,
            Je sens,
De ma marquise vive,
Le lointain souvenir
            Venir !
 
Marquise, une merveille,
C’est de te voir valser,
            Passer,
Courir comme une abeille
Qui va cherchant les pleurs
            Des fleurs !
 
Ô souris-moi, marquise !
Car je vais, à te voir,
            Savoir
Si l’amour t’a conquise,
Au signal que me doit
            Ton doigt.
 
Dieu ! si ton œil complice
S’était de mon côté
            Jeté !
S’il tombait au calice
Une goutte de miel
            Du ciel !
 
Viens, faisons une histoire
De ce triste roman
            Qui ment !
Laisse, en tes bras d’ivoire,
Mon âme te chérir,
            Mourir !
 
Et que, l’aube venue,
Troublant notre sommeil
            Vermeil,
Sur ton épaule nue
Se trouve encor demain
            Ma main !
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait !
 
— Vois-tu, vois-tu, mon ange,
Ce nain qui sur mon pied
            S’assied !
Sa bouche (oh ! c’est étrange !)
À chaque mot qu’il dit
            Grandit.
 
Vois-tu ces scarabées
Qui tournent en croissant,
            Froissant
Leurs ailes recourbées
Aux ailes d’or des longs
            Frelons ?
 
— Non, rien ; non, c’est une ombre
Qui de mon fol esprit
            Se rit,
C’est le feuillage sombre,
Sur le coin du mur blanc
            Tremblant.
 
— Vois-tu ce moine triste,
Là, tout près de mon lit,
            Qui lit ?
Il dit :  « Dieu vous assiste !  »
À quelque condamné
            Damné !
 
— Moi, trois fois sur la roue
M’a, le bourreau masqué,
            Marqué,
Et j’eus l’os de la joue
Par un coup mal visé
            Brisé.
 
— Non, non, ce sont les nonnes
Se parlant au matin
            Latin ;
Priez pour moi, mignonnes,
Qui mon rêve trouvais
            Mauvais.
 
— Reviens, oh ! qui t’empêche,
Toi, que le soir, longtemps,
            J’attends !
Oh ! ta tête se sèche,
Ton col s’allonge, étroit
            Et froid !
 
Ôtez-moi de ma couche
Ce cadavre qui sent
            Le sang !
Ôtez-moi cette bouche
Et ce baiser de mort,
            Qui mord !
 
— Mes amis, j’ai la fièvre,
Et minuit, dans les noirs
            Manoirs,
Bêlant comme une chèvre,
Chasse les hiboux roux
            Des trous.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Gаutiеr : Lеs Αссrосhе-сœurs

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе

Gilkin : Lа Саpitаlе

Ιwаn Gilkin

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt аfriсаin еt gаstrоnоmiquе

Βоukау : Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt

☆ ☆ ☆ ☆

Соuté : Lе Сhаmp d’ nаviоts

Lа Сеppèdе : «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...»

Βruаnt : Соnаssе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Fоurеst : Unе viе

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Fоurеst : Ιphigéniе

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Fоurеst : Flеurs dеs mоrts

Cоmmеntaires récеnts

De Flоrbеlа Εspаnса sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Αuјоurd’hui, hiеr, dеmаin (Siеfеrt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd Jоdеllе аrrivа sоufflаnt еnсоr sа pеinе...» (Αubigné)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Βоnјоur tristеssе sur Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt (Βоukау)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Νаdiа sur Εnсоrе сеt аstrе (Lаfоrguе)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе