Musset


Un rêve

Ballade


La corde nue et maigre,
Grelottant sous le froid
            Beffroi,
Criait d’une voix aigre
Qu’on oublie au couvent
            L’Avent.
 
Moines autour d’un cierge,
Le front sur le pavé
            Lavé,
Par décence, à la Vierge
Tenaient leurs gros péchés
            Cachés ;
 
Et moi, dans mon alcôve,
Je ne songeais à rien
            De bien ;
La lune ronde et chauve
M’observait avec soin
            De loin ;
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré,
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait.
 
— Ma marquise au pied leste !
Qui ses yeux noirs verra,
            Dira
Qu’un ange, ombre céleste,
Des chœurs de Jéhova
            S’en va !
 
Quand la harpe plaintive
Meurt en airs languissants,
            Je sens,
De ma marquise vive,
Le lointain souvenir
            Venir !
 
Marquise, une merveille,
C’est de te voir valser,
            Passer,
Courir comme une abeille
Qui va cherchant les pleurs
            Des fleurs !
 
Ô souris-moi, marquise !
Car je vais, à te voir,
            Savoir
Si l’amour t’a conquise,
Au signal que me doit
            Ton doigt.
 
Dieu ! si ton œil complice
S’était de mon côté
            Jeté !
S’il tombait au calice
Une goutte de miel
            Du ciel !
 
Viens, faisons une histoire
De ce triste roman
            Qui ment !
Laisse, en tes bras d’ivoire,
Mon âme te chérir,
            Mourir !
 
Et que, l’aube venue,
Troublant notre sommeil
            Vermeil,
Sur ton épaule nue
Se trouve encor demain
            Ma main !
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait !
 
— Vois-tu, vois-tu, mon ange,
Ce nain qui sur mon pied
            S’assied !
Sa bouche (oh ! c’est étrange !)
À chaque mot qu’il dit
            Grandit.
 
Vois-tu ces scarabées
Qui tournent en croissant,
            Froissant
Leurs ailes recourbées
Aux ailes d’or des longs
            Frelons ?
 
— Non, rien ; non, c’est une ombre
Qui de mon fol esprit
            Se rit,
C’est le feuillage sombre,
Sur le coin du mur blanc
            Tremblant.
 
— Vois-tu ce moine triste,
Là, tout près de mon lit,
            Qui lit ?
Il dit :  « Dieu vous assiste !  »
À quelque condamné
            Damné !
 
— Moi, trois fois sur la roue
M’a, le bourreau masqué,
            Marqué,
Et j’eus l’os de la joue
Par un coup mal visé
            Brisé.
 
— Non, non, ce sont les nonnes
Se parlant au matin
            Latin ;
Priez pour moi, mignonnes,
Qui mon rêve trouvais
            Mauvais.
 
— Reviens, oh ! qui t’empêche,
Toi, que le soir, longtemps,
            J’attends !
Oh ! ta tête se sèche,
Ton col s’allonge, étroit
            Et froid !
 
Ôtez-moi de ma couche
Ce cadavre qui sent
            Le sang !
Ôtez-moi cette bouche
Et ce baiser de mort,
            Qui mord !
 
— Mes amis, j’ai la fièvre,
Et minuit, dans les noirs
            Manoirs,
Bêlant comme une chèvre,
Chasse les hiboux roux
            Des trous.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Un Fаntômе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αllеz, mеs vеrs, еnfаnts d’un dеuil tаnt еnnuуеuх...» (Jоdеllе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе