Musset


Un rêve

Ballade


La corde nue et maigre,
Grelottant sous le froid
            Beffroi,
Criait d’une voix aigre
Qu’on oublie au couvent
            L’Avent.
 
Moines autour d’un cierge,
Le front sur le pavé
            Lavé,
Par décence, à la Vierge
Tenaient leurs gros péchés
            Cachés ;
 
Et moi, dans mon alcôve,
Je ne songeais à rien
            De bien ;
La lune ronde et chauve
M’observait avec soin
            De loin ;
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré,
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait.
 
— Ma marquise au pied leste !
Qui ses yeux noirs verra,
            Dira
Qu’un ange, ombre céleste,
Des chœurs de Jéhova
            S’en va !
 
Quand la harpe plaintive
Meurt en airs languissants,
            Je sens,
De ma marquise vive,
Le lointain souvenir
            Venir !
 
Marquise, une merveille,
C’est de te voir valser,
            Passer,
Courir comme une abeille
Qui va cherchant les pleurs
            Des fleurs !
 
Ô souris-moi, marquise !
Car je vais, à te voir,
            Savoir
Si l’amour t’a conquise,
Au signal que me doit
            Ton doigt.
 
Dieu ! si ton œil complice
S’était de mon côté
            Jeté !
S’il tombait au calice
Une goutte de miel
            Du ciel !
 
Viens, faisons une histoire
De ce triste roman
            Qui ment !
Laisse, en tes bras d’ivoire,
Mon âme te chérir,
            Mourir !
 
Et que, l’aube venue,
Troublant notre sommeil
            Vermeil,
Sur ton épaule nue
Se trouve encor demain
            Ma main !
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait !
 
— Vois-tu, vois-tu, mon ange,
Ce nain qui sur mon pied
            S’assied !
Sa bouche (oh ! c’est étrange !)
À chaque mot qu’il dit
            Grandit.
 
Vois-tu ces scarabées
Qui tournent en croissant,
            Froissant
Leurs ailes recourbées
Aux ailes d’or des longs
            Frelons ?
 
— Non, rien ; non, c’est une ombre
Qui de mon fol esprit
            Se rit,
C’est le feuillage sombre,
Sur le coin du mur blanc
            Tremblant.
 
— Vois-tu ce moine triste,
Là, tout près de mon lit,
            Qui lit ?
Il dit :  « Dieu vous assiste !  »
À quelque condamné
            Damné !
 
— Moi, trois fois sur la roue
M’a, le bourreau masqué,
            Marqué,
Et j’eus l’os de la joue
Par un coup mal visé
            Brisé.
 
— Non, non, ce sont les nonnes
Se parlant au matin
            Latin ;
Priez pour moi, mignonnes,
Qui mon rêve trouvais
            Mauvais.
 
— Reviens, oh ! qui t’empêche,
Toi, que le soir, longtemps,
            J’attends !
Oh ! ta tête se sèche,
Ton col s’allonge, étroit
            Et froid !
 
Ôtez-moi de ma couche
Ce cadavre qui sent
            Le sang !
Ôtez-moi cette bouche
Et ce baiser de mort,
            Qui mord !
 
— Mes amis, j’ai la fièvre,
Et minuit, dans les noirs
            Manoirs,
Bêlant comme une chèvre,
Chasse les hiboux roux
            Des trous.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Unе idуllе

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αltеssе (Lоrrаin)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Vinсеnt sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе