Musset


Un rêve

Ballade


La corde nue et maigre,
Grelottant sous le froid
            Beffroi,
Criait d’une voix aigre
Qu’on oublie au couvent
            L’Avent.
 
Moines autour d’un cierge,
Le front sur le pavé
            Lavé,
Par décence, à la Vierge
Tenaient leurs gros péchés
            Cachés ;
 
Et moi, dans mon alcôve,
Je ne songeais à rien
            De bien ;
La lune ronde et chauve
M’observait avec soin
            De loin ;
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré,
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait.
 
— Ma marquise au pied leste !
Qui ses yeux noirs verra,
            Dira
Qu’un ange, ombre céleste,
Des chœurs de Jéhova
            S’en va !
 
Quand la harpe plaintive
Meurt en airs languissants,
            Je sens,
De ma marquise vive,
Le lointain souvenir
            Venir !
 
Marquise, une merveille,
C’est de te voir valser,
            Passer,
Courir comme une abeille
Qui va cherchant les pleurs
            Des fleurs !
 
Ô souris-moi, marquise !
Car je vais, à te voir,
            Savoir
Si l’amour t’a conquise,
Au signal que me doit
            Ton doigt.
 
Dieu ! si ton œil complice
S’était de mon côté
            Jeté !
S’il tombait au calice
Une goutte de miel
            Du ciel !
 
Viens, faisons une histoire
De ce triste roman
            Qui ment !
Laisse, en tes bras d’ivoire,
Mon âme te chérir,
            Mourir !
 
Et que, l’aube venue,
Troublant notre sommeil
            Vermeil,
Sur ton épaule nue
Se trouve encor demain
            Ma main !
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait !
 
— Vois-tu, vois-tu, mon ange,
Ce nain qui sur mon pied
            S’assied !
Sa bouche (oh ! c’est étrange !)
À chaque mot qu’il dit
            Grandit.
 
Vois-tu ces scarabées
Qui tournent en croissant,
            Froissant
Leurs ailes recourbées
Aux ailes d’or des longs
            Frelons ?
 
— Non, rien ; non, c’est une ombre
Qui de mon fol esprit
            Se rit,
C’est le feuillage sombre,
Sur le coin du mur blanc
            Tremblant.
 
— Vois-tu ce moine triste,
Là, tout près de mon lit,
            Qui lit ?
Il dit :  « Dieu vous assiste !  »
À quelque condamné
            Damné !
 
— Moi, trois fois sur la roue
M’a, le bourreau masqué,
            Marqué,
Et j’eus l’os de la joue
Par un coup mal visé
            Brisé.
 
— Non, non, ce sont les nonnes
Se parlant au matin
            Latin ;
Priez pour moi, mignonnes,
Qui mon rêve trouvais
            Mauvais.
 
— Reviens, oh ! qui t’empêche,
Toi, que le soir, longtemps,
            J’attends !
Oh ! ta tête se sèche,
Ton col s’allonge, étroit
            Et froid !
 
Ôtez-moi de ma couche
Ce cadavre qui sent
            Le sang !
Ôtez-moi cette bouche
Et ce baiser de mort,
            Qui mord !
 
— Mes amis, j’ai la fièvre,
Et minuit, dans les noirs
            Manoirs,
Bêlant comme une chèvre,
Chasse les hiboux roux
            Des trous.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εn соur d’аssisеs (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Unе prоmеnаdе аu Jаrdin dеs Ρlаntеs (Μussеt)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Сhеvrеul (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе