Musset


Un rêve

Ballade


La corde nue et maigre,
Grelottant sous le froid
            Beffroi,
Criait d’une voix aigre
Qu’on oublie au couvent
            L’Avent.
 
Moines autour d’un cierge,
Le front sur le pavé
            Lavé,
Par décence, à la Vierge
Tenaient leurs gros péchés
            Cachés ;
 
Et moi, dans mon alcôve,
Je ne songeais à rien
            De bien ;
La lune ronde et chauve
M’observait avec soin
            De loin ;
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré,
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait.
 
— Ma marquise au pied leste !
Qui ses yeux noirs verra,
            Dira
Qu’un ange, ombre céleste,
Des chœurs de Jéhova
            S’en va !
 
Quand la harpe plaintive
Meurt en airs languissants,
            Je sens,
De ma marquise vive,
Le lointain souvenir
            Venir !
 
Marquise, une merveille,
C’est de te voir valser,
            Passer,
Courir comme une abeille
Qui va cherchant les pleurs
            Des fleurs !
 
Ô souris-moi, marquise !
Car je vais, à te voir,
            Savoir
Si l’amour t’a conquise,
Au signal que me doit
            Ton doigt.
 
Dieu ! si ton œil complice
S’était de mon côté
            Jeté !
S’il tombait au calice
Une goutte de miel
            Du ciel !
 
Viens, faisons une histoire
De ce triste roman
            Qui ment !
Laisse, en tes bras d’ivoire,
Mon âme te chérir,
            Mourir !
 
Et que, l’aube venue,
Troublant notre sommeil
            Vermeil,
Sur ton épaule nue
Se trouve encor demain
            Ma main !
 
Et ma pensée agile,
S’en allant par degré
            Au gré
De mon cerveau fragile,
Autour de mon chevet
            Rêvait !
 
— Vois-tu, vois-tu, mon ange,
Ce nain qui sur mon pied
            S’assied !
Sa bouche (oh ! c’est étrange !)
À chaque mot qu’il dit
            Grandit.
 
Vois-tu ces scarabées
Qui tournent en croissant,
            Froissant
Leurs ailes recourbées
Aux ailes d’or des longs
            Frelons ?
 
— Non, rien ; non, c’est une ombre
Qui de mon fol esprit
            Se rit,
C’est le feuillage sombre,
Sur le coin du mur blanc
            Tremblant.
 
— Vois-tu ce moine triste,
Là, tout près de mon lit,
            Qui lit ?
Il dit :  « Dieu vous assiste !  »
À quelque condamné
            Damné !
 
— Moi, trois fois sur la roue
M’a, le bourreau masqué,
            Marqué,
Et j’eus l’os de la joue
Par un coup mal visé
            Brisé.
 
— Non, non, ce sont les nonnes
Se parlant au matin
            Latin ;
Priez pour moi, mignonnes,
Qui mon rêve trouvais
            Mauvais.
 
— Reviens, oh ! qui t’empêche,
Toi, que le soir, longtemps,
            J’attends !
Oh ! ta tête se sèche,
Ton col s’allonge, étroit
            Et froid !
 
Ôtez-moi de ma couche
Ce cadavre qui sent
            Le sang !
Ôtez-moi cette bouche
Et ce baiser de mort,
            Qui mord !
 
— Mes amis, j’ai la fièvre,
Et minuit, dans les noirs
            Manoirs,
Bêlant comme une chèvre,
Chasse les hiboux roux
            Des trous.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

Vаuсаirе : Соnsеils à mа pеtitе аmiе

Sаmаin : Unе

Vаlérу : Lе Суgnе

Dubus : Μаdrigаl

Vаlérу : Lе Суgnе

Lоuÿs : Sеin dе brаnléе

Βаudеlаirе : Sеd nоn sаtiаtа

Сrоs : Lа Сhаnsоn dеs Hуdrоpаthеs

Βrinn’Gаubаst : Μаtin d’ivrеssе

☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Lе Βеаu Dimаnсhе

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Αutrаn : Lе Ρrintеmps du сritiquе

Vаlmоrе : Αdiеu à l’еnfаnсе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Vеrhаеrеn : «Lе sоir tоmbе, lа lunе еst d’оr...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βrinn’Gаubаst : Dеvаnt lа Μоrt

Βrinn’Gаubаst : Εstо vir

Rоdеnbасh : «Lа flоttе dеs hеurеuх суgnеs аppаrеillаit...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βеllе qui d’un rеgаrd...» (Βеаuјеu)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаbоurеur (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Αmоur, је prеnds соngé dе tа mеntеusе éсоlе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur Désir d’оisеаu (Βrinn'Gаubаst)

De Сurаrе- sur Βrеtаgnе еst univеrs (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сurаrе- sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De Sаudаdе sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Un début (Αutrаn)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе