Marguerite de Navarre

Comédie jouée au Mont de Marsan, 1547


Chanson de la Ravie de Dieu, bergère


 
Ô doux amour ! ô doux regard,
Qui me transperces de ton dard !
              Ô l’ignoré !
L’ami de moi tant adoré
Le vertueux mal honoré
              Et l’inconnu,
Pour tout autre qui est tenu !
L’un est dit vêtu, qui est nu,
              Et l’autre, obscur.
La coriette qui pare un mur,
Et le caillou si fort et dur :
              On le dit mol ;
Et le sage on nomme fol,
Et qui est Pierre, on nomme Paul.
              Ainsi chacun
Parle son langage commun.
Mais mon cœur qui n’en aime qu’un
              D’un seul caquet
Oubliant Jacques et Jacquet,
Corps, chemise, cotte et jaquet,
              Homme et habits,
Trésor et biens, moutons, brebis,
Boire, manger, pain blanc ou bis,
              Plaisir, santé,
Pour plaisir ne peut fréquenter
Plus ami, et tant plus l’enter.
              Hélas ! J’ai peur
De n’aimer point d’assez bon cœur,
Ou de feinte amour, quelle horreur !
              Si j’aimais fort,
Cet amour me donn’rait la mort...
Mais puisque suis vivante, au fort,
              Je n’aime assez.
Bras et jambes seraient lassés,
Si d’amour étaient pourchassés...
              Non, mais plus forts,
Car Amour par ses grands efforts
Peut bien ressusciter les morts.
              Or t’évertue,
Amour, et tout soudain me tue.
Puis, quand tu m’auras abattue,
              Me feras vivre.
Pour toi veux être folle et ivre
Sans jamais en être délivre.
              Mais toi, amour,
S’il te plaît me faire ce tour,
Que tu me brûles sans séjour ;
              Ton consumer
Me donn’ra un être d’aimer,
Me relevant pour m’assommer,
              Et ta lumière,
Qui en moi sera toute entière,
Comme toi me fera légère.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Ρеndаnt quе lе mаrin, qui саlсulе еt qui dоutе...»

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Ρеndаnt quе lе mаrin, qui саlсulе еt qui dоutе...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Vеrlаinе : Wаlсоurt

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Dаïmiо (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vаissеаu d’оr (Νеlligаn)

De Соttinеаu sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Сосhоnfuсius sur Flеurs dе Fеu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρаlmе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Rоndеаu : «Rеpоs étеrnеl dоnnе à сil...» (Villоn)

De Jаdis sur Αir : «Qu’еst dеvеnu сеt hеurеuх tеmps...» (Dеshоulièrеs)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе