Émile Nelligan



Qu’elle est triste en Octobre avec sa voix pourprée
                    La Vesprée !
 
Ses funéraires los enamourent les choses
                    Trop moroses.
 
En chambre rose et blanche une vierge repose
                    Blanche et rose.
 
Et le hameau se tait. Les bergers qui reviennent
                    Se souviennent
 
Dans la marche des monts parmi le ranz des sources
                    De ses courses
 
D’autrefois avec eux. Archange bucolique
                    Ô relique
 
D’enfance à jamais douce ! Un d’entre eux là ne parle.
                    C’est Fritz. Car le
 
Vieux chevrier, le roi des chèvres vagabondes
                    Près des ondes,
 
L’aima. Qu’il la déplore ! Il était son égide
                    Bloc rigide
 
Contre lequel les Temps avaient usé leur lime.
                    Le sublime
 
Vieillard pleurait sa mort comme une fleur de neige.
                    Un cortège
 
S’est formé. Deux bras lourds l’amènent en chapelle.
                    Une pelle
 
Dans le souterrain creuse un exil de la vie
                    Qu’ont suivie
 
Tous mes pas douloureux. Elle gît là en terre,
                    Solitaire.
 
Je l’entends dans mon rêve. Elle pleure en les cloches
                    Aux approches
 
Du soir. J’ai gardé d’elle un souvenir de frère,
                    Lutte chère
 
Avec l’autre d’antan. Chez moi, douleur n’est fraîche,
                    Elle est sèche
 
De ce feu qui l’embrase en ses rouges fournaises
                    Dans les braises.
 
Douleur où j’ai tant soif que je boirais les mondes
                    Et leurs ondes.
 
Douleur où je péris comme un lys sur console
                    Sans parole...
 
Qu’elle est triste en Octobre avec sa voix pourprée
                    La Vesprée !...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fils du Τitiеn (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе guеrrе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе