Nerval


El Desdichado


 
Je suis le Ténébreux, — le Veuf, — l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, — et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.
 
Dans le nuit du Tombeau, Toi qui m’a consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s’allie.
 
Suis-je Amour ou Phoebus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J’ai rêvé dans la Grotte où nage la Syrène...
 
Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
 

Commentaire(s)
Déposé par Saudade le 9 septembre 2018 à 13h59


Je suis le Tendronneux, le Bœuf, le steak-haché,
Le bovin d’Aquitaine à la viande amollie.
Ma seule étoupe est morte et mon corps tacheté
Porte le virion noir de la vache en folie.

Dans la nuit des abats, Toi qui m’as charcuté,
Rends-moi la Côtelette et le Plateau de Ris,
La chair qui plaisait tant à mon coeur sectionné,
Et le brunch où le pied à la langue s’allie.

Suis-je Apis ou Milka ? Madère ou Miroton ?
Ma hure est rouge encor des apprêts de Gouffé,
J’ai rôti dans le four où cuisent les soufflés,

Et j’ai deux fois saignant coloré les torchons
Modulant tour à tour sur la carte au restau
Les saveurs de l’assiette et les crûs du Bordeaux.  

Nicolas Montessuit-
_____________________________________________


-- Kaeser, Pascal

PHILIPPE :
Je suis le lumineux, le neuf, l’auréolé.
ESTELLE :
Mon prince d’Aquitaine à la cour anoblie.
PHILIPPE :
Tu es ma seule étoile et mon luth constellé.
ESTELLE :
Le Soleil de l’espoir m’exalte à la folie.
PHILIPPE :
Dans la nuit des flambeaux, nous avons décollé.
ESTELLE :
Prends-moi mon beau Philippe, allons en Italie !
PHILIPPE :
Ta fleur me plaisait tant que mon cœur s’est soûlé.
ESTELLE :
C’est merveilleux, ton pampre à ma rose s’allie.
PHILIPPE :
Nuit d’amour ou rébus ? Oulipo ou clairon ?
ESTELLE :
Mon front est rouge encor de ton baiser de renne.
PHILIPPE :
J’ai rêvé dans la grotte où tu nages, sirène !
ESTELLE :
Soyons deux fois vainqueurs en soudant nos fleurons !
PHILIPPE :
Modulons tour à tour sur la lyre d’Orphée...
ESTELLE :
Les soupirs du BooK saint et les cris de la fée.


-- Kaeser, Pascal


Et tant d’autres versions . . Message pour Nicolas Montessuit s’il passe par ici-
Si tu pouvais me renvoyer le livre de Pascal Kaeser que tu as emprunté par inadvertance en venant au Donjon car il n’y avait que 3 exemplaires :
1 pour le génie
1 pour Cochonfucius
1 pour Curare-

Par avance merci .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 septembre 2018 à 21h58

Je suis le Caramel
---------------

Je suis le Caramel, et je peux contrôler
Le pingouin d’Aquitaine et la caille abolie.
Mais ma Mémoire est morte, et mon porc constellé
Porte le roi Renaud à la mélancolie.

En ouvrant un tonneau, le roi m’a consolé,
C’était dans un troquet, avenue d’Italie,
Car le pinard plaît à mon esprit désolé,
Tandis que le pingouin à la caille s’allie.

Suis-je Cochonfucius ? Suis-je donc un peu rond ?
Mes yeux se plongent dans les yeux verts de la reine,
J’ai sous le crâne un son plus fort qu’une sirène.

Je vois le pingouin-caille appeler le patron,
Car il a trop la dalle et voudrait bien bouffer
Une crêpe au comptoir avec un p’tit café.

http://sonnets-de-cochonfucius.lescigales.org/instrument-qui-parle.html

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 mai 2019 à 12h19

El Desleñado
----------

Je suis un bûcheron réduit à bricoler
Le chaume d’Aquitaine et la ronce abolie.
Ma tronçonneuse est morte, et mes pieds constellés
Empruntent le sentier de la mélancolie.

Mon cousin charbonnier voudrait me consoler,
M’apportant un flacon de son vin d’Italie ;
Car ce joyeux luron n’est jamais désolé,
Lui qui l’humour subtil à la sagesse allie.

En taverne, on est mieux, mais je n’ai pas de ronds ;
J’ai peut être un crédit là-bas, vers Bourg-la-Reine
Où j’allais autrefois chez ma sage marraine.

Or, je pourrais aussi boire avec mon patron,
Ce sportif amateur aux multiples trophées,
Ce noble bienfaiteur de mon âme assoiffée.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Pierrot le 30 juin 2019 à 18h44

Je suis le Ténébreux, le Veuf, l’Inconsolé.
Mon psy ma conseillé l’aquariophilie.
Je reçois des poissons d’Egypte ou d’Italie,
mais cette thérapie n’a rien d’olé-olé.

Les soirs où je me suis par trop emmièlé,
je sors parodier, sur un coup de folie,
le Prince d’Aquitaine à « La Tour abolie ». 

On y joue du tam-tam et de l’ukulélé,
mais guère émoustillé par l’agoraphilie,
je ne puis qu’écluser mon spleen jusqu’à la lie.
Ma seule Étoile est morte et mon luth constellé 

porte le Soleil noir de la Mélancolie. 

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 4 juillet 2019 à 22h35

Ténébreuse__

Je suis la ténébreuse,- à la vie informelle
Musérante oubliée au tour de main perdu
Mon amour est fêlé, - D’une soif éternelle
Égarée dans l’Edda par 1 songe fondu

Dans cette oscillation, Saudade femelle
L’effet mâle est vision dans l’obscur éperdu
Dérobant leurs regards de déveine jumelle
Je peine ou bien je vis de cet espoir ténu

Suis-je celle d’Alpha ? ... de l’Oméga la grâce ?
Ma cuisse est rouge encor de sa main la chaleur
Non je n’ai pas rêvé de son geste enjôleur

Qui a brûlé la chair de la chagrine dame
Ci-gît Curare hurlant sans haine avec son âme
Hélas le don du cœur ne dompte aucun malheur ___

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе