Nerval


Les Doctrinaires


 

À Victor Hugo


 

I


 
Oh ! le Vingt-sept juillet, quand les couleurs chéries,
Joyeuses, voltigeaient sur les toits endormis,
Après que dans le Louvre et dans les Tuileries
              On eut traqué les ennemis !
Le plus fort était fait... que cette nuit fut belle !
Près du retranchement par nos mains élevé,
Combien nous étions fiers de faire sentinelle
              En foulant le sol dépavé !
 
Ô nuit d’indépendance, et de gloire et de fête !
Rien au-dessus de nous !... pas un gouvernement
              N’osait encor montrer la tête :
              Comme on sentait à tout moment
L’esprit se déplier en immenses idées...
              On était haut de sept coudées...
              Et l’on respirait largement !
 
 
 

II


 
Ce n’est point la licence, hélas ! que je demande,
Mais, si quelqu’un alors nous eût dit que bientôt
Cette Liberté-là, qui naissait toute grande,
              On la remettrait au maillot !...
              Que des Ministres rétrogrades,
Habitants de palais encore mal lavés
              Du pur sang de nos camarades,
              Ne verraient dans les barricades
              Qu’un dérangement de pavés !...
 
Ils n’étaient donc point là, ces hommes qui, peut-être
Apôtres en secret d’un pouvoir détesté,
              Ont tout haut renié leur maître
              Depuis que le Coq a chanté!...
              Ils n’ont pas vu sous la mitraille
Marcher les rangs vengeurs d’un Peuple désarmé...
              Au feu de l’ardente bataille
              Leur œil ne s’est point allumé !
 
 
 

III


 
Quoi ! l’Étranger, riant de tant de gloire vaine,
              De tant d’espoir anéanti,
Quand on lui parlera de la grande semaine,
              Dirait : « Vous en avez menti ? »
Le tout à cause d’eux ! Au point où nous en sommes...
Du despotisme encor... c’est impossible... non
À bas ! À bas donc petits hommes !
              Nous avons vu Napoléon !
 
Petits ! — Tu l’as bien dit, Victor, lorsque du Corse
Ta voix leur évoquait le spectre redouté,
Montrant qu’il n’est donné qu’aux hommes de sa force
              De violer la Liberté !
    C’est le dernier ; nous pouvons le prédire
              Et jamais nul pouvoir humain
Ne saura remuer ce globe de l’Empire
              Qu’il emprisonnait dans sa main !
 
 
 

IV


 
Et, quand tout sera fait..., que la France indignée
Aura bien secoué ces toiles d’araignée
              Que des fous veulent tendre encor ;
              Ne nous le chante plus, Victor,
Lui, que nous aimons tant, hélas ! malgré des crimes
Qui sont, pour une vaine et froide Majesté,
D’avoir répudié deux épouses sublimes,
              Joséphine et la Liberté !
 
Mais chante-nous un hymne universel, immense,
Qui par France, Belgique et Castille commence,
Hymne national pour toute nation :
Que seule, à celui-là, la Liberté t’inspire,
              Que chaque révolution
              Tende une corde de ta lyre !
 

1830

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lе mаtin, dès mоn œil оuvеrt...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Vinсеnt sur «Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...» (Du Βеllау)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе