Anna de Noailles

Les Éblouissements, 1907


Les Terres chaudes


 
                C’est un brûlant accablement,
                L’espace, par chaude bouffée,
                Descend sur la plaine étouffée,
                Sur le taillis lourd et dormant.
 
                Il semble que la nue ardente,
                Que l’azur, que l’argent du jour,
                Tombent du poids d’un grand amour
                Sur toute la terre odorante,
 
                Sur la terre ivre de couleurs,
                Où, tendre, verte, soleilleuse,
                La primevère, aimable, heureuse,
                Luit comme une laitue en fleurs.
 
                La lumière semble sortie
                De son empire immense et haut
                Pour se poser sur le plateau
                Que fait la feuille de l’ortie,
 
                Pour se poser sur le prunier,
                Sur le tronc mauve de l’érable.
                Tout l’univers est désirable,
                Et se pâme, d’amour baigné...
 
                — Je songe aux villes éclatantes,
                À des soleils mornes et forts
                Pesant comme une rouge mort
                Sur les rivières haletantes.
 
                Ô divin étourdissement
                Dans la douce île de Formose,
                Lorsque, le soir, le paon des roses
                Fait son amoureux sifflement !
 
                Langueur des villages de paille,
                Où, chaude comme l’âpre été,
                La danseuse aux doigts écartés
                Est un lys jaune qui tressaille.
 
                Moiteur des nuits du Sénégal,
                Corps noirs brûlants comme une lave,
                Herbe où le serpent met sa bave,
                Sanglots du désir animal !
 
                Ô Rarahu, ô Fatou-gaye,
                Ô princesse Ariitéa,
                Ivres d’un feu puissant et bas
                Qui vous brûle jusqu’aux entrailles ;
 
                Immense stagnance du temps,
                Torpide, verte, lourde extase,
                Odeur du sol et de la case,
                Herbages mous comme un étang.
 
                Tristesse, quand la nuit s’avance
                Avec ses bonds, ses cris déments,
                De songer à des soirs charmants
                Dans la Gascogne ou la Provence ;
 
                Et soudain, salubre parfum
                D’un navire aux joyeux cordages
                Qui glisse vers de frais rivages
                Avec ses voiles de lin brun !
 
                Ô beauté de toute la terre,
                Visage innombrable des jours,
                Voyez avec quel sombre amour
                Mon cœur en vous se désaltère,
 
Et pourtant il faudra nous en aller d’ici,
Quitter les jours luisants, les jardins où nous sommes,
Cesser d’être du sang, des yeux, des mains, des hommes,
Descendre dans la nuit avec un front noirci,
 
Descendre par l’étroite, horizontale porte
Où l’on passe étendu, voilé, silencieux ;
Ne plus jamais vous voir, ô lumière des cieux ;
Hélas ! je n’étais pas faite pour être morte !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Εh ! quе tе sеrs, аmоur, dе mе lаnсеr dеs trаits ?...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Αntоinеttе Dеshоulièrеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Sеrrеs еt lеs Βоis

Εustоrg dе Βеаuliеu

Du Βеllау

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Νоаillеs : Lеs Εspасеs infinis

Sаint-Αmаnt : «Εntrеr dаns lе bоrdеl...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μоlièrе : Stаnсеs gаlаntеs : «Sоuffrеz qu’Αmоur...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Du Βеllау : «Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...»

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô mаl nоn mаl qui dоuсеmеnt m’оpprеssеs !...» (Gоulаrt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt du sоlеil (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur Μémеntо (Сrоs)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе