Anna de Noailles



Ne souffre pas ; tu vois, je suis pourtant moi-même,
        Malgré les multiples aspects.
Tu cherchais le repos ? Peut-être que tu m’aimes
        Pour cette absence de ta paix !
 
Concevais-tu vraiment que le bonheur existe ?
        Que l’on donne un ordre au destin ?
N’avais-tu donc jamais, d’un œil lucide et triste,
        Vu le lent retour des matins ?
 
Dans l’immense ouragan où combattent les choses,
        Poursuivais-tu d’autres loisirs
Que ces instants secrets où le désir compose
        Un baume d’âme et de plaisir ?
 
— L’amour n’est pas un don qui rend plaisante et stable,
        La vie aux sursauts coutumiers ;
Il fait mieux mesurer l’immensité des sables,
        Le puits distant sous les palmiers !
 
Les travaux des humains, comme ceux des abeilles,
        Vaquent aux soins de la cité,
Mais tout l’effort profond ne rêve et ne conseille
        Que l’apaisante volupté ;
 
C’est elle la chétive et complète patrie
        Dont l’être est sans cesse exilé ;
Acceptons que le sort protège et contrarie
        Un vœu toujours renouvelé !
 
Acceptons que demain, comme aujourd’hui, demeure
        Un jour d’espoir et de chagrin ;
Il est beau de goûter le plaisir souverain
        Dans l’étroit calice d’une heure !
 
Je refuse de croire à des jours aplanis
        Où pour nous deux l’injuste chance
Arrêterait soudain, dans le temps infini,
        L’oscillement de ses balances.
 
Certes j’eusse voulu charger d’un gai bonheur
        Ma méditative caresse,
Mais peut-être ai-je mieux apparenté nos cœurs
        Si je t’ai donné la tristesse...
 

Poème de l’amour, 1924

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Сhristiаn Lаbаllеrу sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сri du сœur (Rоllinаt)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе