Marie Noël


Ronde


 
              Mon père me veut marier,
Sauvons-nous, sauvons-nous par les bois et la plaine,
              Mon père me veut marier,
Petit oiseau, tout vif te lairas-tu lier ?
 
              L’affaire est sûre : il a du bien.
Sauvons-nous, sauvons-nous, bouchons-nous les oreilles
              L’affaire est sûre : il a du bien...
C’est un mari... courons, le meilleur ne vaut rien !
 
              Quand il vaudrait son pesant d’or,
Qu’il est lourd, qu’il est lourd et que je suis légère !
              Quand il vaudrait son pesant d’or,
Il aura beau courir, il ne m’a pas encor !
 
              Malgré ses louis, ses écus,
Ses sacs de blé, ses sacs de noix, ses sacs de laine,
              Malgré ses louis, ses écus,
Il ne m’aura jamais, ni pour moins, ni pour plus.
 
              Qu’il achète s’il a de quoi,
Les bois, la mer, le ciel, les plaines, les montagnes,
              Qu’il achète, s’il a de quoi,
Le monde entier plutôt qu’un seul cheveu de moi !
 
              Laissez-vous mettre à la raison
Et garder au clapier, hérissons, chats sauvages,
              Laissez-vous mettre à la raison
Avant qu’un sot d’époux m’enferme en sa maison.
 
              Engraissez-vous au potager,
Bruyères, houx, myrtils des bois, genêts des landes,
              Engraissez-vous au potager
Avant qu’un sot d’époux ne me donne à manger.
 
              Je suis l’alouette de Mai
Qui s’élance dans le matin à tire d’ailes,
              Je suis l’alouette de Mai
Qui court après son cœur jusqu’au bout du ciel gai !
 
              J’y volerai si haut, si haut,
Que les coqs, les dindons et toute la volaille,
              — J’y volerai si haut, si haut, —
S’ils veulent m’attraper en seront pour leur saut.
 
              Si haut, si haut dans la chaleur,
J’ai peur du ciel, j’ai peur, j’ai peur... les dieux sont proches,
              Si haut, si haut dans la chaleur,
Qu’un éclair tout à coup me brûlera le cœur.
 
              Et, brusque, du désert vermeil,
Il vient, il vient, il vient !... Hui ! l’alouette est prise !
              Et, brusque, du désert vermeil
Un aigle fou m’emportera dans le soleil.

[...]

Les Chansons et les Heures, 1920

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе