Marie Noël

Les Chansons et les Heures, 1920


Vision


 
 

I


 
      Quand j’approcherai de la fin du Temps,
      Quand plus vite qu’août ne boit les étangs,
      J’userai le fond de mes courts instants ;
 
      Quand les écoutant se tarir, en vain
      J’en voudrai garder pour le lendemain,
      Sans que Dieu le sache, un seul dans ma main ;
 
      Quand la terre ira se rétrécissant
      Et que mon chemin déjà finissant
      Courra sous mes pieds au dernier versant ;
 
      Quand sans reculer pour gagner un pas,
      Quand sans m’arrêter, ni quand je suis las,
      Ni dans mon sommeil, ni pour mes repas ;
 
      Quand, le cœur saisi d’épouvantement,
      J’étendrai les mains vers un être aimant
      Pour me retenir à son vêtement...
      .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
      Quand de jour en jour je perdrai la faim,
      Je perdrai la force et que de ma main
      Lasse de tenir tombera le pain ;
 
      Quand tout sur ma langue aura mauvais goût,
      Quand tout dans mes yeux pâlira, quand tout
      Me fera branler si je suis debout ;
 
      Quand mes doigts de tout se détacheront
      Et que mes pensers hagards sous mon front
      Se perdront sans cesse et se chercheront ;
 
      Quand sur les chemins, quand sur le plancher,
      Mes pieds n’auront plus de joie à marcher ;
      Quand je n’irai plus en ville, au marché,
 
      Ni dans mon pays toujours plus lointain,
      Ni jusqu’à l’église au petit matin,
      Ni dans mon quartier, ni dans mon jardin ;
 
      Quand je n’irai plus même en ma maison,
      Quand je n’aurai plus pour seul horizon
      Qu’au fond de mon lit toujours la cloison...
      .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
                       
            Quand les voisines sur le pas
            De la porte parleront bas,
            Parleront et n’entreront pas ;
 
            Quand parents, amis, tour à tour,
            Laissant leur logis chaque jour,
            Dans le mien seront de retour ;
 

[...]

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 juin 2016 à 14h04

Distillateur de temps
----------------------

Comment travailles-tu, distillateur de temps ?
Filtres-tu, tout d’abord, les eaux de nos étangs ?
Ah ! cette humble question peut bien te sembler vaine,
Mais j’aime les sujets qui sont de ce domaine.

Car, sais-tu que ma vie se va rétrécissant,
Et que j’ai pour soleil un astre finissant,
Que je n’ai nul pouvoir sur les instants qui passent,
Même si, d’espérer, mon âme n’est point lasse ?

Or, le distillateur travaille, sans broncher ;
Peu lui importe, à lui, ce qui le fait marcher,
Parmi les retraités qui, dès l’aube, jardinent
Aux échos du clocher d’où tombent les matines.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Τаndis qu’à l’аrgilе аu flаnс vеrt...»

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Dе l’аmоur dеs trоis еnsеmblе (Gоhоrу)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, — m’éсrivаis-tu dе tеs bеаuх dоigts dе fеmmе...» (Évаnturеl)

De Jаdis sur Ιnсеrtitudе (Сhаdоurnе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur L’Οliviеr (Αgоult)

De Сосhоnfuсius sur «À l’hеurе quе Μаdаmе еn hоmmе sе déguisе...» (Gоdаrd)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе