Marie Noël

Les Chansons et les Heures, 1920


Vision


 
 

I


 
      Quand j’approcherai de la fin du Temps,
      Quand plus vite qu’août ne boit les étangs,
      J’userai le fond de mes courts instants ;
 
      Quand les écoutant se tarir, en vain
      J’en voudrai garder pour le lendemain,
      Sans que Dieu le sache, un seul dans ma main ;
 
      Quand la terre ira se rétrécissant
      Et que mon chemin déjà finissant
      Courra sous mes pieds au dernier versant ;
 
      Quand sans reculer pour gagner un pas,
      Quand sans m’arrêter, ni quand je suis las,
      Ni dans mon sommeil, ni pour mes repas ;
 
      Quand, le cœur saisi d’épouvantement,
      J’étendrai les mains vers un être aimant
      Pour me retenir à son vêtement...
      .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
      Quand de jour en jour je perdrai la faim,
      Je perdrai la force et que de ma main
      Lasse de tenir tombera le pain ;
 
      Quand tout sur ma langue aura mauvais goût,
      Quand tout dans mes yeux pâlira, quand tout
      Me fera branler si je suis debout ;
 
      Quand mes doigts de tout se détacheront
      Et que mes pensers hagards sous mon front
      Se perdront sans cesse et se chercheront ;
 
      Quand sur les chemins, quand sur le plancher,
      Mes pieds n’auront plus de joie à marcher ;
      Quand je n’irai plus en ville, au marché,
 
      Ni dans mon pays toujours plus lointain,
      Ni jusqu’à l’église au petit matin,
      Ni dans mon quartier, ni dans mon jardin ;
 
      Quand je n’irai plus même en ma maison,
      Quand je n’aurai plus pour seul horizon
      Qu’au fond de mon lit toujours la cloison...
      .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
                       
            Quand les voisines sur le pas
            De la porte parleront bas,
            Parleront et n’entreront pas ;
 
            Quand parents, amis, tour à tour,
            Laissant leur logis chaque jour,
            Dans le mien seront de retour ;
 

[...]

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 juin 2016 à 14h04

Distillateur de temps
----------------------

Comment travailles-tu, distillateur de temps ?
Filtres-tu, tout d’abord, les eaux de nos étangs ?
Ah ! cette humble question peut bien te sembler vaine,
Mais j’aime les sujets qui sont de ce domaine.

Car, sais-tu que ma vie se va rétrécissant,
Et que j’ai pour soleil un astre finissant,
Que je n’ai nul pouvoir sur les instants qui passent,
Même si, d’espérer, mon âme n’est point lasse ?

Or, le distillateur travaille, sans broncher ;
Peu lui importe, à lui, ce qui le fait marcher,
Parmi les retraités qui, dès l’aube, jardinent
Aux échos du clocher d’où tombent les matines.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе