Germain Nouveau

Dizains réalistes



J’entrais chez le marchand de meubles, et là, triste,
(Savez-vous la chanson du petit Ébéniste ?)
j’allais, lui choisissant une chose à ses goûts,
C’est vers toi que je vins, Canapé-Lit-Leroux.
J’observai le ressort, me disant que cet homme
fit une chose utile, étant donné le somme.
J’appréciai le tout d’un mot technique et fin ;
si bien que le marchand, ému, me tend sa main
honnête, et dit : « Monsieur fabrique aussi sans doute ? »
Douce parole et qu’en mon cœur je grave toute.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er juin 2013 à 15h48


Si le barde au matin s’éveillait un peu triste,
Il irait visiter la maison d’un artiste.
Ensemble savourant d’un fort café le goût
(À défaut de café, la chicorée Leroux)
On pourrait observer ces deux paisibles hommes
Parler longtemps de rien (parler de tout, en somme)
Et remettre en question de leurs travaux la fin ;
Et le labeur pressant remettre au lendemain.

Si, sur cette méthode, on éprouvait un doute,
On n’aurait qu’à reprendre un café pour la route.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 5 juin 2013 à 14h37

Cet artiste se dit qu’il eut été moins triste
si plutôt que poète il avait fait droguiste
et boudant l’ambroisie orienté son bon goût
vers le café Legal, la chicorée Leroux
la Verveine Casino. Dans la cité des hommes
il se fut affirmé, eut trouvé somme et somme
près d’une épouse et de sa dot. Quel beau destin
ç’aurait été de prendre un enfant par la main
pour heureux l’emmener jusqu’à demain sans doute
ou Disneyland du moins... ’fin bref, toute autre route...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par jean-paul le 29 décembre 2019 à 14h42

« Somme tout, Monsieur, vous aimez le ressort,
Qui associe mollesse à souplesse affirmée ? »
J’opine promptement. « Las, vous n’avez pas tort
Car par le dur au mou savamment associé,
De ses habiles mains, l’ébéniste se fait fort
De façonner ce meuble où les deux sont liés. »
Aussitôt le marchand remplit mon verre à bord,
Assis au bord du lit, nous nous primes à trinquer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 18 mai 2020 à 13h25


Un zigoto fantasque et un peu guitariste,
Bohème aux cheveux longs, sans doute communiste,
À Paris m’arrêta un jour par son bagout
Pour tenter de me vendre... — Eh bien ? — Un kangourou
Empaillé. (Je respire.) Ah certes, le bonhomme
Ne manquait pas d’idée, ni de culot, en somme.
— Mon ami, rétorquai-je, un marsupial défunt,
Ce n’est pas très courant boulevard Saint-Germain ;
Mais tu patines fort, je crains, dans la choucroute :
Ton macropodidé, que veux-tu que j’en foute ? (1)


(1) Pareils alexandrins ont vocation à marquer l’histoire de la poésie française d’un sceau indélébile. (Jean d’Ormesson).

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Plutorque le 19 mai 2020 à 01h34

Les macropodidés seuls jamais ne se meuvent
Aussi au singulier se mettre point ne peuvent !

(Macropodidae nunc soli movent,
Sed singularem declinare niet povent)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 19 mai 2020 à 08h24

Dissentit index verborum Rufa : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/macropodid%C3%A9/48434

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Αpоlоgiе pоur Gеоrgеs Fоurеst

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

☆ ☆ ☆ ☆

Hуspа : Lеs Сhаnsоnniеrs

Rоussеаu : Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе

Lесоntе dе Lislе : L’Αbеillе

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Jаdis sur «Μоn сœur еst еn rеpоs...» (Lаmаrtinе)

De Сосhоnfuсius sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Quе ј’аimе lе prеmiеr frissоn d’hivеr...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dеuх оu trоis fоis biеnhеurеuх lе rеtоur...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе