Germain Nouveau

Valentines, 1887


Juif


 
Quelqu’un qui jamais ne se trompe,
M’appelle juif... Moi, juif ? Pourquoi ?
Je suis chrétien, sans que je rompe
Le pain bénit à son de trompe,
Bien qu’en mon trou... je reste coi.
 
Je sais juif, ah ! c’est bien possible !
Je n’ai le nez spirituel
Ni l’air résigné d’une cible ;
Je ne montre un cœur insensible.
Tout juif est-il en Israël ?
 
Mais si juif signifie avare
Économisant sur le suif,
Sur l’eau qui pourtant n’est pas rare
Sur une corde de guitare,
Je me fais honneur d’être juif.
 
Je prends pour moi seul cette injure,
Quoique je ne possède rien ;
Je me l’écris sur la figure
En trois mots, sans une rature ;
Voyez : je suis juif. Lisez bien.
 
Regardez-moi : ma barbe est sale
Comme en chaire un prédicateur
Qui vide une fosse nasale,
Et j’ai l’aspect froid d’une stalle,
Dans le temple où prêche un pasteur.
 
Moi, juif, je mens, je calomnie,
Comme un misérable chrétien,
Lorsqu’à tort il affirme ou nie,
Ou qu’il dispute, ô vilenie !
En parlant du mien et du tien ;
 
J’adore un veau d’or... dans ma bague,
Le veau qu’on débite en bijoux ;
Au seul mot d’argent, je divague,
Comme le catholique vague
Qui ne se passe de joujoux ;
 
Moi, fils de ceux qui portaient l’Arche,
Je ris, et je laisse périr,
Je perds la foi du patriarche,
Comme tout un peuple qui marche
Vers l’ombre où le corps doit pourrir.
 
Moi, juif, je doute de mon âme,
Moi, juif, je doute de l’Amour,
Je ne suis sûr que de ma femme,
(N’est-ce pas étrange, Madame ?)
Comme bien des... maris du jour.
 
Car elle se fout de la vogue
Qu’a tout argument inventé
Par notre science un peu rogne ;
Elle aime mieux la synagogue
Si fraîche, dès l’aube, en été.
 
Elle est blanche, elle a sur les tempes
Une perruque où rit sa fleur ;
Faite à souhait pour les estampes ;
Quand elle adore sous les lampes
Dans ses voiles d’une couleur ;
 
Elle se consume en prières,
Conservant, sans en rien verser,
L’eau de ses croyances entières,
Car... une douzaine de pierres
Ça suffit pour recommencer.
 
Jérusalem les garde encore,
Salomon les reçut du Ciel
Qu’avec des larmes elle implore ;
Comme une juive que j’adore,
L’épouse de Nathaniel.
 
Ce qu’on admire fort sur elle,
C’est l’honneur de faire de l’art
Par une pente naturelle,
Pas pour vendre son aquarelle,
Ni pour manger un peu de lard.
 
J’ai pu contempler sa peinture,
Dans une salle au Luxembourg :
C’est très bien peint d’après nature ;
C’est avec l’eau, sous la toiture,
Ça me semble, un coin de faubourg.
 
Sur la cimaise elle est sous verre,
Je puis donc y mettre un baiser
Loin des yeux du gardien sévère ;
Bref, l’art charmant qu’elle sait faire,
C’est, comme il sied, pour s’amuser.
 
Cela ne fait l’ombre d’un doute
Pour tous, dans la société ;
Oui, ma belle Mignonne, écoute,
Elle pourrait épater toute
La pâle catholicité.
 
Tiens ! En veux-tu rien qu’un exemple ?
Que le sultan soit décavé,
Et trouve sa poche bien ample :
« Vends-les-nous, ces pierres du Temple »,
Et Notre-Seigneur a rêvé !
 
Je suis juif ! ah ! ce nom m’inonde
De sa plus sainte émotion !
Souffre que pour eux je réponde :
La plus noble race du monde,
Ce sont les juifs de nation.
 
Eux, au moins, ont du caractère ;
Ils sont, oui, par les traits de feu
Du Décalogue salutaire,
Le plus grand peuple de la Terre !
N’est-ce pas vrai, ça, nom de Dieu !
 
Sotte habitude, oui, sur mon âme,
Bonne au plus pour les ateliers ;
Excusez moi, si je m’en blâme.
Et si vous m’entendez, Madame,
Que je me prosterne à vos pieds.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе