Germain Nouveau

Valentines, 1887


Le Refus


 
Je suis pédéraste dans l’âme,
Je le dis tout haut et debout.
Assis, je changerais de gamme,
Et, couché sur un lit, Madame,
Je ne le dirais plus du tout.
 
La pédérastie est un vice :
C’est l’avis de mon médecin.
Je le crois, il n’est pas novice
Quand il soutient que l’exercice
Le plus naturel, le plus sain,
 
Sain, comme la mer et son hâle,
L’honneur même de la maison,
Qui fait le regard le moins pâle,
Le plus magnifiquement mâle,
Sans aucune comparaison,
 
Le plus ravissant sur la terre,
C’est de froisser le traversin
D’une femme qu’on... désaltère,
Quand elle serait adultère,
Quand elle n’aurait qu’un seul sein.
 
C’est là le sentiment intime
De tous les peuples sous le ciel ;
Et je me fous, pour la maxime,
Que l’Exception règne ou rime
Même d’un air spirituel ;
 
De tous, oui, autant que nous sommes,
Aussi bien du Chinois charmant
Que du Français, peintre de pommes ;
Et c’est l’opinion des hommes
Qui furent des hommes, vraiment,
 
Plus forts que ceux dont leur église
Met les cercueils au Panthéon ;
Ce sont ceux-là qu’on poétise,
Par exemple... Abraham... Moïse,
Et, si tu veux... Napoléon.
 
C’est l’opinion du plus sage
Chez les Slaves au regard clair,
Chez les Germains au doux visage,
Chez les Latins au beau langage,
Et chez les Bretons au cœur fier.
 
C’est la tienne, Aimée, et la nôtre ;
C’est celle de tout bon cerveau,
Qui n’a contre elle qu’un... apôtre,
Un monsieur pourtant comme un autre,
Son nom ?... devra rimer en veau.
 
— Son nom, voyons ? — Comment, Madame
Son nom ? mais puisqu’il n’est pas pur,
Il souillerait, ce nom infâme,
Tes chastes oreilles de femme ;
Et puis, moi, je n’en suis pas sûr.
 
Si c’était une calomnie
Qu’une apparence aide à courir,
Je ferais une vilenie ;
Son nom ? Ah ! jamais de la vie !
J’aimerais cent fois mieux mourir !
 
La jolie école qu’il fonde,
Sans ce nom-là, pourra planer
Dans une obscurité profonde ;
La plus belle fille du monde
Comme l’on dit, ne peut donner...
 
D’ailleurs, Madame, cette école
Ne fait pas beaucoup d’adhérents :
Il n’ont pas de porte-parole ;
Et c’est comme une offre un peu molle
Qui rit à des indifférents.
 
Cependant, sa présence agace
Ceux qui la soupçonnent dans l’air ;
Car ce soupçon va, se déplace,
Et finalement vous enlace
Comme la vague dans la mer.
 
Ces messieurs lisent la gazette,
Dînent en ville assez bien mis ;
Quelquefois courtisent Lisette ;
J’approuve cela, mais, mazette !
Je n’en... gueule pas mes amis.
 
Oui, ce vilain soupçon nous gêne
Et pourrait submerger un jour,
Près de la niche, avec la chaîne,
L’Amitié, cette belle chienne,
Qui hurle à sa lune d’amour.
 
Pour moi, vous remarquerez comme
J’ai quelque grâce à protester :
Passant pour la moitié d’un homme,
N’aurais-je pas le droit, en somme,
De chercher à me compléter ?
 
Bien mieux, tiens ! je ne suis pas large,
Mais le plus raide des paris
Qu’on me le tienne, et je me charge
Sous les yeux du public, en marge,
Du plus vieux mouchard de Paris !
 
Or, je ne suis pas pédéraste ;
Que serait-ce si je l’étais !
Voyez, Madame, quel contraste !
Ah ! par la perruque d’Éraste !
Et maintenant... si je pétais !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе