Germain Nouveau

La Doctrine de l'Amour, 1880


Pauvreté


 
Qui donc fera fleurir toute la pauvreté ?
Quand Jésus a quitté le ciel, il l’a quitté
Pour une étable ; il est charpentier, il travaille ;
Né sur l’or, mais sur l’or mystique de la paille,
Entre l’âne et bœuf, l’ignorance et l’erreur,
Lui qui pouvait choisir un berceau d’empereur,
Qu’aurait ému le pied rieur des chambrières,
Préfère une humble crèche où l’ange est en prières !
Certes l’argent est bon, l’or est délicieux,
Mais l’un ouvre l’enfer, l’autre ferme les cieux ;
L’un sait glacer le cœur, l’autre étouffer les âmes ;
L’or met sa clarté louche où l’amour met ses flammes,
L’or est un soleil froid ; le soleil chauffe et luit,
Car il est fils du ciel ; l’or est fils de la nuit :
À pleins bords pour le crime, et rare pour l’aumône,
Il coule, et la famille, où sonne son flot jaune,
S’écroule au bruit joyeux des pièces de vingt francs !
Et plus ils sont dorés, moins les baisers sont francs.
L’or est un mal où l’homme, hélas ! cherche un remède.
Sitôt qu’il crie et souffre, il l’appelle à son aide,
Pour vêtir sa misère et combler avec lui
Son cœur vide, et le gouffre amer de son ennui.
Grâce à l’argent, le mal trône et rit sur la terre.
À son contact banal, quelle âme ne s’altère ?
Jésus était-il riche, et Pierre l’était-il ?
Une humble barque, ouvrant sa voile de coutil,
C’est peu —même en comptant le souffle de la brise, —
Cette voile a grandi ; voyez-là, c’est l’Église !
 
Travaillez, c’est la règle, enrichissez-vous, mais
Restez pauvres d’esprit. Laissant les fiers sommets,
Les lys, pour s’élancer, ont mieux aimé les plaines,
Et quant aux dons du ciel : « Aux pauvres les mains pleines. »
Dieu ne visite pas le riche orgueilleux, non !
Pauvre, Jésus le lut, ne voulant d’autre nom.
Mais Jésus l’est toujours, mais son cri monte encore.
Tout pauvre que la lièvre et que la soif dévore,
C’est Jésus. Tout petit qui va pieds nus, c’est Lui.
Notre ennemi sans pain, est-ce encor Jésus ? Oui.
Etre pauvre, avant tout, c’est aimer la sagesse,
Et l’on peut l’être même aux bras de la richesse ;
Etre riche, avant tout, c’est n’aimer que l’argent,
Et l’on peut l’être, même en étant indigent !
Etre riche d’esprit, désirer, c’est la gêne,
C’est river à son pied une bien lourde chaîne ;
Etre pauvre d’esprit, c’est être libre, Eh bien !
Aimez ha liberté, n’appartenez à rien,
Pas même au lit qui s’ouvre à votre échine lasse,
Pas même à votre habit : il est au temps qui passe.
 
Toute la pauvreté, disais-je en commençant,
La mauvaise richesse, elle est dans notre sang :
Elle est dans nos pourpoints, elle est dans notre code
Et fait l’opinion, comme elle fait la mode.
Ô pauvreté, la France entende votre voix !
France riche d’esprit, beaucoup trop riche en lois !
L’esprit de pauvreté, voilà l’esprit pratique
Qui doit ensoleiller la sombre politique ;
Le roi. ton noble époux, César, un sombre amant,
Sont loin de ta pensée, ô France, en ce moment !
Le front coiffé des plis d’une laine écarlate,
La liberté te rit, la liberté te flatte :
C’est un ange éclatant qui semble un lutteur noir,
Radieux comme l’aube et beau comme le soir,
Car il porte, pareil aux séraphins de l’ombre,
Un masque étincelant sur son visage sombre.
Tu n’as pas peur ? C’est bien. Tu veux le suivre ? aile
Mais ne va pas saisir les ciseaux des félons,
Et du fier inconnu dont tu fus curieuse
Sinistrement rogner l’aile mystérieuse.
Ne lui mets pas de loi perfide autour du cou.
S’il n’est pas une brute, arrière le licou !
Qu’il puisse au grand soleil marcher nu dans l’arène,
Et tordre toute chose en sa main souveraine,
Et retremper toute âme en sa cuve qui bout.
Alors nous pourrons voir qui restera debout,
La sagesse divine ou la sagesse humaine,
Si c’est le nom obscur que cet ange ramène,
Ou le nom lumineux dans chaque étoile écrit,
Et si c’est Robespierre ou si c’est Jésus-Christ !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаn (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur «Τristе еt hidеuх fаntômе, еffrоуаblе figurе...» (***)

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе