Germain Nouveau


Rêve claustral


 
Je vous connais comme elle, ô murs, travail des nonnes,
Préaux fleuris d’amours furtifs, silencieux
Parloirs, où, par la nuit, l’âme des lunes bonnes
Se distille, rosée errante de leurs yeux ;
 
Cour grise où tourne le soulier lacé des grandes,
Couvrant sous de longs cils des yeux endoloris,
S’imaginant, le soir des mystiques offrandes,
Causer, dans les rideaux avec de purs esprits.
 
Je vous ai vus, ô lents tours noirs où les plus braves
Rentrent avec l’effroi du parler patelin ;
Et je vous aime aussi, novices, pour les graves
Désirs tapis aux plis de vos jupes de lin.
 
Dortoirs religieux, vous me bercez comme elle :
Là, le sommeil est le seul des péchés permis,
Et l’on entend monter, bouffonne et solennelle,
Leur jeune haleine aux dents des anges endormis.
 
Je vous adore, froid parfum des sacristies,
Chœur d’agate où le jour, sous un rideau sanglant,
Voit éclore, parmi la danse des hosties,
Le rêve violet d’un doux évêque blanc ;
 
Chapelle de soupirs, grilles, ombre jalouse
Où la pensionnaire aux essors fabuleux
Reluque avec le cœur d’une petite épouse
Un séraphin charmant, pâle au fond des cieux bleus ;
 
Prises de voile, où la vierge, en des frissons vagues,
Sur l’autel, dont la marche a sacré ses genoux,
Écoute sa toison, qui va fleurir en bagues,
Choir sous les ciseaux saints, terrifiants et doux.
 
Celle qu’avec le nard pudique d’un roi mage
J’encense dans mon cœur se meurt là ; j’ai pu voir
Ses yeux, lampes d’amour où brûle mon image,
Et je m’en suis allé, bien ivre... un certain soir !...
 
Ô toi qui vis dans ces solitudes de femme
Et qui n’as dû garder de ton été premier
Qu’à peine assez de corps pour contenir une âme,
Colombe en route pour l’éternel colombier ;
 
Cieux choisis d’où l’on voit pleuvoir encor des mannes
Et descendre sur les fronts des langues de feu,
Ma bouche — en vous rêvant — faite aux argots profanes,
Bégaie une oraison : je me trompe avec Dieu.
 
Vergers mûrs où la sainte a le respect des mouches,
Cours grises, encensoirs berceurs, avents jeûnés,
Vers vous — comme à vos pieds, chères saintes nitouches —
Je m’agenouille avec la larme des damnés.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 12 janvier 2015 à 14h27

La brune nonne
----------------------

Ceux-là qui vont au bois, sont évêque et novice,
L’évêque va chantant et la nonne soupire.
-- Qu’as-tu à soupirer, ma brune carmélite ?
-- J’ai le coeur bien épris de ma soeur Marguerite ;

Je suis nonne le jour, et la nuit pauvre amante,
Je regrette le temps des larmes innocentes ;
Des deux sortes d’amour, lequel est donc le pire,
Le fils du charpentier ne veut point me le dire.

L’évêque a murmuré : --Allons boire en taverne,
Car ce débat mérite un godet de Sauternes.
Trois fois ils ont vidé la carafe de verre,
À la troisième fois, tous deux sont en prière.

Je n’étais avec eux, n’attendez que je dise
La sage décision qu’un bon évêque a prise ;
Dupanloup fut son nom, un grand homme d’Église,
Fautes furent par lui assez souvent remises.

Ceux-là qui vont au bois, sont évêque et novice,
La nonne va chantant et l’évêque soupire.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Jаdis sur À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе (Сhаrlеvаl)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе