Germain Nouveau


Saintes femmes


 
Quelle étoile nous vit donc naître, nous qui sommes
Les voleuses de vos cœurs charmants, Enfants-rois ?
C’est nous qui vous faisons la cour, ô jeunes hommes,
Et vos légèretés nous sont d’atroces croix.
 
En nous rien des yeux verts de l’amante fatale
Par sa jupe épandue en mare de sang noir.
Rien des beautés faisant que le désir détale
Devant leurs cœurs repus de vaches au dormoir.
 
Mais nous nous déclarons d’avance les sujettes
De votre règne aimable ou non, sans nul souci
Que celui d’approcher vos mains ; sommes-nous bêtes
De vous bercer, de vous enorgueillir ainsi !
 
Pour atteindre aux baisers graves de votre bouche,
Il nous plaît de braver, dans votre embrassement,
Jusques à toi, Baiser Déchirant, et toi Couche
Où le sang violé s’éperle obscurément.
 
Mais quand nous vous tenons, Cœurs trop pleins de silences,
Nous ne savons, pleurant à vos torts expiés,
Que faire du tissu de vos obédiences
Un tapis pour la plante exquise de nos pieds.
 
Aussi trop tôt, mon Dieu ! redoutant quelque fraude,
Comme un chien, autour des pacages timorés,
Notre âme tristement s’en va tourner et rôde
À la porte par où vous nous êtes entrés.
 
Bien qu’offrant à vos nuits ce qu’il faut à ces luttes
Où s’exerce le cœur irritable, âcreté
Des Baisers, et soupirs rieurs comme des flûtes,
Et ventre glorieux de sa stérilité,
 
Nous vous perdons, malgré nos deux mains maternelles,
Mais vous n’emportez pas, pour vos futurs exils,
L’orgueil d’avoir éteint nos fécondes prunelles
Et bu notre âme humide aux pointes de nos cils.
 
Donc, homme, errant de créature en créature,
Tu viens et tu t’en vas, sans comprendre beaucoup
Tout ce que nous mettons de céleste imposture
À te sourire avec deux longs bras à ton cou.
 
Du reste nous savons l’oubli des Récompenses
Et que l’Amour au fond n’est qu’un divin Ennui.
Puis notre cœur est plus plein que tu ne le penses,
Car une fois au point dans la première nuit,
 
Lorsque, le sang fouetté d’une crainte immortelle,
Les yeux injectés d’or dans un coucher de feu,
Nos doigts laissent fuir nos pantalons de dentelle,
Votre sourire est plein d’infinis, il est Dieu.
 
Après tout, nous ferons des morts saintes, cilice
Sous l’épaule, allongeant nos deux mains sur le drap,
Quand nous avalerons l’hostie avec délice,
Notre amour pour un Autre alors s’élargira ;
 
Car nous croyons à tes beautés spirituelles,
Ô Jésus, et que seul tu donnes sans rancœurs
Le dernier mot des sens aux Immatérielles,
Toi l’Éternel, toi le plus riche Amant des Cœurs !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ιnsоumissiоn

Μussеt : Αprès unе lесturе

Gоmbаud : Démаngеаisоn d’éсrirе

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : Rеndеz-vоus tristеs

Βаudеlаirе : Lе Viеuх Sаltimbаnquе

Luсiе Dеlаruе-Μаrdrus

Νоаillеs : «S’il tе plаît dе sаvоir јusqu’оù...»

Сrоs : Сuеillеttе

Βruаnt : À Μоntmеrtе

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μаîtrе sаns соntrеdit dе се glоbе hаbité...» (Vаlléе dеs Βаrrеаuх)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе bоis dе lа vrаiе сrоiх (Rасаn)

De Сосhоnfuсius sur Sаinсtе-Fасе (Lоuvigné du Dézеrt)

De piсh24 sur Lе Ρrеmiеr Αmоur (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе