Germain Nouveau

Valentines, 1887


Tartarin


 
De Marseille, moi ? de Marseille ?
Tu veux que j’en sois, c’est trop fort !
M’entends-tu dire qu’il « soleille » ?
Je ne suis pas né dans le Nord,
 
Je dois en convenir sans honte ;
Mais on peut venir du Midi,
En chair, en os, et même... en fonte,
Sans sortir de Lonchamps, pardi !
 
Si j’en étais, m’en cacherais-je ?
Au contraire, j’en serais fier :
Il y tombe aussi de la neige,
Et comme au Havre... on a la mer.
 
Je ne vois pas la différence ;
Affaire de goût, de couleur.
Du reste, Marseille est en France,
Sur la carte, aussi bien qu’Harfleur...
 
Voyons ! qui ferait des manières
Pour en être s’il en était,
La ville n’est pas des dernières,
Foutre non ! car Elle existait
 
Déjà, depuis belle lurette,
Qu’on ne parlait pas de Paris,
Et qu’aucune autre n’était prête
À loger ça... de ses chéris ;
 
Oui, Marseille était grande fille,
Que toutes les autres, comprends,
Les moins gosses de la famille
N’avaient pas encor de parents.
 
Elle est antique !... oh ! mais !... pas vieille ;
C’est au contraire la cité
La plus jeune et la plus vermeille,
N’offensons pas la vérité.
 
Les femmes y sont !... Valentine,
Tu les aimerais, comme moi,
Si tu voyais la taille fine
De Valentine, comme Toi ;
 
C’est ma cousine... elle demeure
Ma foi ! par là, pas loin du port...
Ce que je sais, ou que je meure,
C’est qu’elle aussi l’a beau... le port !
 
Toutes les autres sont comme elle,
Et sans titre, ou sur parchemin,
Des reines, jusqu’à la semelle,
Avec du poil... pas dans la main.
 
Après ça, vois comme nous sommes
Encore, en France, inconséquents :
On vient médire de leurs hommes !
Serait-ce qu’ils sont tous marquants ?
 
Il se pourrait, car on les chine,
Tiens ! surtout de votre côté,
Où l’on dédaigne la sardine ;
Ah ! le hareng... a sa beauté !
 
De temps en temps, on entend dire :
« Oh ! le Marseillais ! » Eh ! bien, quoi ?
Le Marseillais ! il aime à rire.
Prises-tu les gens tristes, toi ?
 
Il est brun, n’a pas les dents noires,
Il sait lire, écrire et compter ;
Il a toujours un tas d’histoires
Crevantes à vous raconter :
 
Poli, galant avec les femmes,
Il n’accepterait jamais rien
D’elles, que leurs baisers de flammes :
Il fait, ma foi ! bougrement bien ;
 
Qu’on le critique, il n’en a cure,
Pas plus que de savoir son nez
Au beau mitan de sa figure
Ou de ce que vous devinez ;
 
Il est propre, ses mains sont nettes,
Leur gant n’est pas mis à l’envers,
Et surtout, elles sont honnêtes.
Que voulez-vous de plus ? Des vers ?
 
Des vers qui ne soient pas des versse ?
Il peut vous en faire... en français...
Vous me jetez à la traverse
Qu’il est ?... Hâbleur ?... Ah ! oui, je sais,
 
Il se vante... d’être modeste,
Ça, c’est un tort... il ferait mieux
De se vanter de tout le reste,
Mais nul n’est parfait sous les cieux.
 
Ainsi, vous voyez bien, Madame,
Que si j’étais, comment ? encor ?
Moi, Marseillais ! mais sur mon âme.
Si je l’étais... j’aurais de l’or,
 
Je n’irais jamais qu’en voiture,
Avec un train à tout casser,
Tout serait en déconfiture
Partout où l’on me voit passer.
 
Je leur montrerais ce qu’on gagne
À nous Han-Mer-Dé... Troun-dé-l’ér !
Puisque je suis de la campagne
Où l’on respire le bon air,
 
Donc, je ne suis pas de Marseille.
C’est vrai, que je suis né si près,
Que j’en ai l’accent dans l’oreille...
Oui, na, j’en suis... et puis après ?
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 17 septembre 2016 à 17h55

Deux fiers hippocampes
--------------------------

Les hippocampes de Marseille
Aux jeux de cartes sont très forts ;
Dès que le matin s’ensoleille,
Ils s’affrontent, non loin du port,

Et prennent l’apéro, sans honte,
Autour de l’heure de midi ;
Jamais aucun d’entre eux ne compte
Les godets qu’ils ont engloutis.

Bien souvent, je me dis : que n’ai-je
La paresse dont ils sont fiers,
Car du mal, elle les protège,
Ces hippocampes, sous la mer.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

Riсhеpin : Lа nеigе еst bеllе

Riсhеpin : Οisеаuх dе pаssаgе

Μоntеsquiоu-Fеzеnsас : Squаrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Frаnсе : Lеs Αrbrеs

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Νuit dе Ρаris (Vаlаdе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе