Philothée O’Neddy


Méditation


 
Nous nous étions assis sous la verte coupole
D’un grand bosquet de pins, dans une nécropole,
Hors des ris et des pas du promeneur banal.
C’était vers le déclin d’un beau jour automnal.
 
Au penser de la mort notre ardente parole,
Du penser de l’amour mariait la corolle.
Loin de subir du lieu l’effroi morne et fatal,
Notre Âme en liberté rêvait son ciel natal.
 
Ma compagne me dit ces choses solennelles :
— « D’aimer et de mourir admires-tu l’accord ?
Ah ! ce sont là, vraiment, deux forces fraternelles !
 
« Car pour nous élever, d’un plein et sûr effort,
De cette terre aux cieux, nous n’avons d’autres ailes
Que celles de l’amour et celles de la mort ! »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 2 octobre 2015 à 11h16

Aigle frugivore
-----------------

L’aigle, ayant délaissé la céleste coupole,
Visite les jardins des grandes nécropoles
Pour savourer un fruit exotique ou banal ;
Heureux de rencontrer ce trésor automnal.

Du bel aigle-bouddha, respectant la parole,
Il veut laisser en paix le passereau qui vole,
Il veut le dispenser de tout geste fatal,
Et le laisser planer dans son azur natal.

Ne manger que des fruits n’est pas un tel effort ;
Mes petits compagnons échappent à la mort,
Mon âme s’attendrit à voir battre leurs ailes.

Voir un aigle adopter des poses fraternelles,
Quelle page d’histoire auguste et solennelle !
Le ciel devient plus pur, du fait de cet accord.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 octobre 2019 à 11h27

Planète Mille Plateaux
-------------

Sur les vastes plateaux sont de blanches coupoles,
Elles sont l’ornement d’antiques nécropoles ;
Un prophète y repose en un tombeau banal
Près d’une source d’eau, sous un arbre automnal.

Pas de scribe, jamais, pour noter ses paroles,
Lui dont la voix plaisait aux passereaux qui volent ;
Or, quand il s’endormit de son sommeil fatal,
Il lui sembla revivre en son azur natal.

Son corps n’est plus astreint aux stériles efforts ;
Il  fit à ses amis l’éloge de la mort
Qui vient à point nommé, quand elle est naturelle.

Mots d’encouragement, paroles fraternelles,
Car il ne prenait point de poses solennelles ;
Avec chaque disciple il était en accord.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz