Juste Olivier

(1807-1876)

D’autrеs pоèmеs :

Lа Jоurnéе аu villаgе

Ρrоmеnаdе

 

 

Juste Olivier

Les Deux Voix, 1835


Le Léman



Ô bleu Léman, amour de tes rivages,
Miroir du ciel où tremblent les nuages,
De ma patrie, ô suprême beauté,
Je n’entends plus ton murmure enchanté !
Voici des flots : mais leur vague étendue,
Leur pâle azur, assombri par les bois,
Leurs humbles bords, leur incertaine voix,
Que disent-ils à mon âme éperdue ?
 
Ô bleu Léman, toujours grand, toujours beau,
Que sur ta rive au moins j’aie un tombeau !
 
J’aime tes eaux que la brise amoureuse
Plisse au matin, d’une aile gracieuse,
Lorsqu’elle joue aux voiles des bateaux ;
Et quand rugit le vent, j’aime tes eaux :
Leur grave élan, leur bruissement sonore ;
Le choc puissant dont retentit le bord ;
La blanche écume amassée ; et du port
L’anse inquiète où l’onde roule encore.
 
Ô bleu Léman, toujours grand, toujours beau,
Que sur ta rive au moins j’aie un tombeau !
 
Le pur cristal de ta vague domptée
Se brise-t-il en écume argentée,
Sous une nef qu’à ton front méprisant
Semble attacher un lien trop pesant :
Ta grâce encor, fascinante et suprême,
Sur les flancs noirs du navire massif,
Jette un éclat magique et fugitif,
Pour s’en former un charmant diadème.
 
Ô bleu Léman, toujours grand, toujours beau,
Que sur ta rive au moins j’aie un tombeau !
 
Quand du couchant les flammes nuancées
Sur ton miroir s’éteignent balancées,
Quand chaque flot plonge, mobile et pur,
Son île d’or dans l’Océan d’azur ;
De ma pensée, autour de toi captive,
L’amour encor repose sur tes eaux,
Avec les monts, les tours, les blancs oiseaux,
Et les manoirs qui dorment sur ta rive.
 
Ô bleu Léman, toujours grand, toujours beau,
Que sur ta rive au moins j’aie un tombeau !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 juin 2013 à 17h20

Je me revois, enfant, sur le rivage
Du lac Léman, un jour où les nuages
Y reflétaient leur étrange beauté,
Blancs compagnons des cygnes enchantés.

Blanches étaient les voiles des navires,
Blancs les sommets chantés par tant de lyres,
Bleu sombre l’eau qui baignait les manoirs,
Bleu par endroits se rapprochant du noir.

Or, ce jour-là, je regardais mon père
Qui enseignait à nager à mon frère.
J’étais plus grand, et je savais la brasse.

Mon père dort dans l’ombre d’une église,
Mon frère vit loin de ma banlieue grise ;
Ton souvenir, Léman, reste vivace.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz