Juste Olivier

(1807-1876)

D’autrеs pоèmеs :

Lа Jоurnéе аu villаgе

Lе Lémаn

 

 

Juste Olivier

Les Deux Voix, 1835


Promenade


 
Mon Dieu, qui m’as donné ta fille la plus belle,
Qui, nous cachant tous deux à l’ombre de ton aile,
                    Souris à notre amour ;
Toi, qui jadis vêtu de l’humaine nature,
Aimais du lys des champs, admirais la parure
                    Et la fraîcheur d’un jour !
 
Ne prends-tu pas plaisir à voir, dans la prairie,
Celle que tu bénis, ma compagne chérie,
                    Courir parmi les fleurs ?
Quand mes yeux, tout ravis de sa beauté suprême,
Te rendent grâce, ô Dieu qui la formas toi-même,
                    Et se chargent de pleurs.
 
Je le sens, à la joie, au bonheur indicible,
Qui pénètre mon cœur, ainsi qu’une eau paisible
                    Un terrain sablonneux ;
Je le sens au rayon de ta sainte présence,
Qui dilate notre âme et fait qu’elle s’élance
                    Vers ton ciel lumineux ;
 
Oui, c’est avec amour que tu suis, dans la plaine,
Qui s’émaille et qui rit sous une tiède haleine,
                    Nos plaisirs sans remord !
— Tantôt, sous les taillis d’une fraîche verdure,
Nous fuyons le soleil et cherchons le murmure
                    D’une source qui dort ;
 
Puis, des rustiques fleurs par nos mains moissonnées,
Avant que leur beauté, leur grâce soient fanées,
                    Assis sur le gazon,
J’orne ces noirs cheveux, ce front calme et sans tache ;
Tandis que, près de nous, un oiseau qui se cache,
                    Chante sous un buisson.
 
Ou, quand tombe le soir, livrés à mille rêves,
Nous regardons longtemps du peuplier des grèves
                    Onduler les rameaux ;
Jusqu’à l’heure où, soudain, la falaise opposée
Des reflets du couchant resplendit embrasée
                    Et dore au loin les eaux. —
 
Ces heures sans mélange et ces fraîches couronnes,
Cette félicité, c’est toi qui nous les donnes ;
                    Moi, je viens, à mon tour,
T’en faire un doux récit, ô Seigneur qui nous aime !
Comme à son père un fils raconte le soir même
                    Tous ses plaisirs du jour.
 

Neuchatel, Juillet 1851.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz