Octavien de Saint-Gelais

(1466-1502)

 

 

Octavien de Saint-Gelais

Le Séjour d’Honneur, 1509



 
Ores connais mon premier temps perdu,
De retourner jamais ne m’est possible ;
De jeune vieux, de joyeux éperdu,
De beau très laid, et de joyeux taisible
Suis devenu ; rien n’était impossible
À moi jadis, hélas ! ce me semblait.
C’était Abus qui caultement emblait
Le peu qu’avais pour lors de connaissance
Quand je vivais en mondaine plaisance.
 
Des dames lors étaie recueilli,
Entretenant mes douces amourettes ;
Amours m’avait son servant accueilli,
Portant bouquets de boutons et fleurettes ;
Mais maintenant, puisque porte lunettes,
De Cupidon ne m’accointerai plus ;
De sa maison suis chassé et forclus ;
Plus ne ferai ni rondeaux ni ballades ;
Cela n’est pas restaurant pour malades.
 
Ha ! jeune fus, encore le fussè-je ;
Or ai passé la fleur de mon jouvant ;
Plus ne sera Espoir de mon corps pleige
Pour être tel comme je fus devant ;
Chanter soulaie et rimoyer souvent ;
Ores me faut, en lieu de telles choses,
Tousser, cracher ; ce sont les fleurs et roses
De vieillesse, et ses jeux beaux et gents
Pour festoyer entre nous bonnes gens...
 
J’étaie frais, le cuir tendre et poli,
Droit comme un jonc, léger comme arondelle,
Propre, miste, gorgias et joli,
Doux en maintien ainsi qu’une pucelle.
Dieu ! que ai deuil quand me souviens de celle
Que j’aimais tant alors parfaitement,
Qui me donna premier enseignement
De bonnes mœurs pour acquérir sa grâce.
S’elle est morte, mon Dieu pardon lui fasse,
 
Et, s’elle vit, je prie à Jésus-Christ
Que de tout mal et danger la préserve ;
Pour elle ai fait maint douloureux écrit ;
Plus ne m’attends que jamais je la serve,
Car banni suis, vieillard mis en réserve ;
Plus que gémir certes je ne ferai,
Dorénavant à rien ne servirai
Que de registre ou de vieux protocole
Pour enseigner les enfants à l’école.
 
Adieu maisons nobles et ces beaux lieux,
Où ai passé ma première jouvente ;
Ores vous perds, car je suis venu vieux.
Âge a reçu de moi plénière rente ;
En triste soin convient que me contente,
Plus n’ai à gré les beaux jours ni les mois ;
Adieu vous dis le pays d’Angoumois,
Le plus plaisant qui soit dessous la nue,
Plaindre m’en vais ma liesse perdue.
 
Adieu Cognac, le second paradis,
Château assis sur fleuve de Charente,
Où tant de fois me suis trouvé jadis,
Mettant ébats et bonne chère en vente.
Quand de tout ce me souviens et ramente,
J’en ai le deuil qui passe tout plaisir.
Que j’eus jamais et le tiens à loisir,
À digérer très-cuisant et doutable
Dont par regret je suis servi à table.
 
Adieu bon temps, mon repas est sonné.
Adieu amours, adieux chevaux et chasse,
Vieillesse m’a de tous points étonné,
Tourné le dos et amaigri la face ;
Ores connais que ma saison se passe,
Car de grison je suis devenu blanc,
Chauve et chenu plus ne faut que le banc,
Ou la selle pour séjourner ma goutte
Car âge m’a laissé ce mal pour houste.
 
Ha ! blanche chair et déliées mains,
Ris amoureux, œillades d’amourettes,
De vous ai fait échange et si remains
Chassé d’espoir et banni d’amourettes,
Certes je fus tout tel comme vous êtes,
Gens de loisir, et vous n’y pensez pas,
Si faudra-t-il que vous passez le pas,
De fer n’êtes, ni d’acier, ni de cuivre,
N’en plus que moi pour en être délivre.
 
Dorénavant teindrai mon rang à part,
Auprès du feu pour échauffer la cire,
Et compterai les faits de Sallezart
À mes voisins de Poton ou La Hyre.
Du temps passé pourrai compter et dire,
Voire et servir de témoin ancien
J’aurai mon chat et mon beau petit chien
Nommé Muguet, et deux ou trois gélines,
Patenôtres et mes vieilles matines.
 
Mon passe-temps sera compter alors
Combien y a que premier j’eus couronne,
Quel roi régnait, ou quel pape était lors,
Si la saison était à l’heure bonne,
Voilà l’état de ma pauvre personne
En attendant que Dieu fasse de moi
L’âme partir, car tous à cette loi
Somme liés : c’est tribut de nature
Sans excepter aucune créature.
 


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Frégаtе Lа Sériеusе (Vignу)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz