Marc de Papillon de Lasphrise

L’Amour passionnée de Noémie


XLIX


 
Comme un corps féminin que la mère Nature
N’a point favorisé de présent gracieux
S’efforce vainement, d’un art industrieux,
À vouloir déguiser sa première figure,
 
Ainsi l’illustre honneur par qui ma vie endure,
Sans être atteint du dard du premier né des dieux,
S’ombre inutilement pour complaire à mes yeux,
Car la bonne amitié n’a point de couverture.
 
Je sais bien davantage, ah ! taisez-vous, mes vers,
Ne découvrez l’ardeur qui vous rend si divers,
Si faites, poursuivez, n’ayez aucune doute,
 
Il est permis de plaindre aux pauvres affligés,
De même aux amoureux traîtrement licenciés.
Mais non, ne dites rien, ma dame nous écoute.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 24 mai 2020 à 12h42

Sagesse d’un olifant
---------

Au loin sonne le cor qui chante la nature,
Le sonneur est aimé de la terre et des cieux ;
Jadis le grand dieu Pan fit de même en ce lieu,
Dont vaillant fut le coeur et noble la figure.

Le cor peut émouvoir même une pierre dure,
Ou même un archevêque, un serviteur de Dieu ;
La biche du vallon vers lui tourne ses yeux,
Et le petit berger qui rêve d’aventures.

C’est Leconte de Lisle, un artisan du vers,
Qui de Roland nous dit l’infortuné revers,
Tu l’appris sur les bancs de l’école, sans doute.

Durandal fut le nom de son arme d’acier,
Mais celui de son cor n’est pas dans mes dossiers,
Cor maintenant posthume, et les anges l’écoutent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 27 mai 2020 à 22h16


L’angoisse en déroute


Ils n’ont pas eu besoin de forcer leur nature,
Les gens de l’IME, quand un virus vicieux,
Contraignit les enfants, à déserter le lieu,
(Certains avaient des larmes au coin de la figure) :

Ils ont pris le parti de mener la vie dure,
À cet isolement qui pouvait rendre anxieux,
Allant même parfois, auprès de contagieux,
Au sein d’un internat, courageuse aventure !

Mais la plupart du temps ils savent à travers
L’écran d’ordinateur faire des jeux divers,
Enseigner et surtout rester à leur écoute.

Le déconfinement a pu bénéficier,
À quelques-uns d’entre-eux, il est fort apprécié :
Le fait de se revoir met l’angoisse en déroute.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 septembre 2020 à 12h48

Vert corps
--------------

Du singe de sinople est douce la nature,
Il agit sobrement, sans invoquer les cieux ;
Ses pas le conduiront toujours aux mêmes lieux,
S’il rencontre un obstacle, il fait bonne figure.

Posant son postérieur sur une pierre dure,
Il reste sans bouger, méditant de son mieux ;
Il ne court plus beaucoup, car il est déjà vieux,
C’est bien fini pour lui,le temps des aventures.

Il lit, pour s’amuser, de la prose et des vers,
Et même des leçons sur ce vaste univers ;
Sur la métaphysique, il est empli de doutes.

Je lui envie son âme et son moral d’acier,
Ainsi que le savoir qu’il acquit d’un sorcier ;
Quand il prend la parole, un bel oiseau l’écoute.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 septembre 2020 à 13h34

Vert corps   (retouche)
--------------

Du singe de sinople est douce la nature,
Il agit sobrement, sans invoquer les cieux ;
Ses pas le conduiront toujours aux mêmes lieux,
S’il rencontre un obstacle, il fait bonne figure.

Posant son postérieur sur une pierre dure,
Il reste sans bouger, méditant de son mieux ;
Il ne court plus beaucoup, car il est déjà vieux,
C’est bien fini pour lui, le temps des aventures.

Il lit, pour s’amuser, de la prose et des vers,
Et même des leçons sur ce vaste univers ;
Sur la métaphysique, il est empli de doutes.

Je lui envie son âme et son moral d’acier,
Ainsi que le savoir qu’il acquit d’un sorcier ;
Quand il prend la parole, un bel oiseau l’écoute.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Βiеn quе lеs сhаmps, lеs flеuvеs еt lеs liеuх...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...» (Rоnsаrd)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Lе Ρоètе еt lа Μusе (Vеrlаinе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе