Étienne Pasquier


Chanson


 
Naguères voyant ces beaux prés,
              Tout diaprés,
Nous étaler à découvert
              Leur riche verd,
Et oyant des oiseaux les chants
              Parmi ces champs,
Dames, voici en moi venir
              Un souvenir,
De voir toutes ces fleurs ternir.
 
Ce bel émail qui est épars
              De toutes parts,
Mille et mille belles couleurs
              De tant de fleurs,
Du printemps, les riches trésors.
              Disais-je lors.
Le brouillas d’une seule nuit
              Nous les détruit.
Et d’un tout en rien les réduit.
 
Toutes les roses, au réveil
              Du clair soleil,
Se revêtent d’habits mondains
              Dans nos jardins.
Puis prennent leurs habits de deuil
              En un clin d’œil ;
Nature par un doux larcin
              Dedans son sein
Leur donne en un jour vie et fin.
 
L’œillet n’est pas si tôt venu
              Qu’il est chenu,
Tout aussitôt évanoui
              Qu’épanoui ;
Le jour qui lui donne un bel œil
              Est son cercueil :
Mais cette fleur, qui de son sort
              Connaît l’effort,
Elle-même venge sa mort.
 
Car aussitôt comme elle naît.
              Elle se plaît
D’être pillée par les mains
              De maints et maints ;
Quand un amoureux en jouit
              Ell’ s’éjouit.
De terre elle prend son habit,
              Mais elle vit
Par cil sans plus qui la ravit.
 
Ainsi que seul je contemplois
              Ces belles lois
Que nature exerce en tout temps
              Sur son printemps.
Des fleurs sur vos beautés sautant
              En un instant,
Dames, voici encor venir
              Un souvenir.
De voir vos grands beautés ternir.
 
Ces lèvres de corail, ce front,
              Ce tétin rond.
Ce port folâtre et frétillard,
              Ce ris mignard,
Ce je ne sais quoi, et encor’
              Ce crêpe d’or,
Dont liez, maîtresses, nos cœurs,
              Ce sont les fleurs
Que vous arrosez de nos pleurs.
 
Tout cela s’en va passager
              D’un vol léger.
Une maladie ou douleur
              Perd cette fleur,
Et l’enlève aussi vitement
              Comme le vent,
Étant ce beau à l’impourvu
              Plus tôt déchu
Qu’en vous il n’avait été vu.
 
Et vous armez vos grands beautés
              De cruautés !
Ô folles, vous ne voyez pas
              Que tels appas
Vous causeront au départir
              Un repentir,
Et mourrez de mêmes tourments.
              Sur vos vieux ans,
Que, jeunes, paissiez vos amants.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz